mercredi 10 février 2016

Succession

 
Blason de la famille Arche (Bayonne)

                             Au creux d'une poignée invisible,
                             Jaillit sa lumière inaltérable,
                             Il fut sans conteste le premier avant l'eau et l'argile.

                             Au sixième jour, le Rouge naquit,
                             Fut façonné selon la forme universelle,
                             Premier de la multitude terrestre.

                             Le berger suivait son troupeau
                             Et avait la faveur du père.
                             Le sabre abject de la jalousie versa le premier sang.

                             La grande arche flottait à la surface inondée.
                             Le nautonier implorait et attendait la terre...
                             Une colombe le délivra de son tourment.

                             Sur le mont, le père a obéit,
                             Le fils accepte la sentence,
                             Le bélier apparaît et l'enfant déploie son rire !

                             Entre les deux collines,
                             La servante éperdue va et vient en courant...
                             La main du messager lui montre alors le puits.

                             Dans son arche minuscule,
                             L'enfant sera sauvé des eaux
                             Et gardera le nom de sa fortune.

                             Au berceau, l'enfant parlait déjà aux docteurs de la loi.
                             A l'entrée de la ville, il rassembla les foules.
                             Son verbe était nourrit du souffle, et s’éleva au ciel.

                             Il est l'origine et le sceau des précédents
                             Et rassemble en sa main le Livre et son esprit,
                             Sa parole est certitude et modèle excellent.

2 commentaires:

  1. Jean d' Armelin,

    Vous nous offrez-la une saisissante évocation qui ne nous laisse pas indifférente.
    Merci infiniment.

    RépondreSupprimer
  2. Ô quelle Beauté! Merci pour ce Voyage!
    Christine

    RépondreSupprimer