vendredi 5 février 2016

Silence


Mes mots s’endorment
Dans cet hiver montagnard.
Ils cherchent l’été.

Ils s’envolent vers le Sud.
L’oie sauvage va se taire.

Esther Ling

2 commentaires:

  1. Esther, ce poème est tout ce que j'aime. Sa concision et la force de ses images me fait penser aux Haïkus japonais.
    Un grand merci.

    RépondreSupprimer
  2. Saluons la beauté des mots et le courage des oies sauvages dans leur migration.

    RépondreSupprimer