vendredi 19 février 2016

Paréage

Blason de Belleneuve (Côte-d'Or, Bourgogne)

Sur le chemin qui menait à une closerie,
Le ciel profond brillant d'une clarté opaline,
Trois cailloux blancs eurent cette causerie :
– J'aurais toujours aimé être une cornaline,

Ainsi j'éloignerais la tristesse et la peur.
Le second se voyait plutôt en pierre de lune
Qu'une dame eût portée en collier sur son cœur.
Le troisième, cependant, trouvait sa bonne fortune

A n'être que ce qu'il était en cet instant :
Un tout petit caillou blanc serti dans la glaise.
– Mes amis, où serais-je qu'ici plus à mon aise ?

Dans les yeux du poète je suis gemme tout autant ;
Mille faveurs royales ne peuvent donner davantage ;
Nos âmes sont liées en ce noble paréage.
_____

D’azur semé de fleur de lys d'or, à trois cailloux

d'argent posés 2 et 1 en pointe et au soleil d'or en chef.

2 commentaires:

  1. Oui... le regard du cœur sur le noble petit caillou blanc, belle Rencontre!

    Cielespoir

    RépondreSupprimer