mardi 23 février 2016

Merlin et Morgane

Toile de Edward Burne-Jones (1833-1898)

De Morgane et Merlin la rupture écoutez.
Ils sont assis, bien seuls, au coeur de Brocéliande.
Quelques oiseaux des bois, peut-être, les entendent,
Et l’un d’eux vint me voir pour me le raconter.

Comment ont-ils vécu ce moment redouté ?
Il s’en fallut de peu que leur coeur ne se fende,
Fragile d’autant plus que leur sagesse est grande,
Souffrant à proportion de leur grande bonté.

Le mage, de longtemps, ne pourra revenir.
Ils disent, l’un et l’autre, un mot pour en finir ;

« Au fils du charpentier j’offre ce coeur diaphane :
Puisse le Créateur prendre soin de Merlin ».

« Je confie au Seigneur ton fantôme orphelin :
Puisse le Créateur prendre soin de Morgane ».

Cochonfucius

1 commentaire: