lundi 8 février 2016

L'Arbre d'or d'Héraldie


Blason de Marclopt (Loire, Rhône-Alpes)
 
Il se trouve, tout au bout du jardin d'Héraldie,
 Un arbre d'or dont les racines boivent en eau profonde ;
Il est assez proche de celui du Paradis
Et porte des fruits à la forme parfaitement ronde.

Ses feuilles lancéolées sont baignées de soleil
Dont elles répandent la chaleur et l'éblouissance ;
L'on dit que bues en infusion, elles donnent l'éveil
Et emplissent l'âme de la plus étrange réjouissance.

Lors, quand Maître Héron a le moral en berne,
Il s'en fait breuvage ; le monde lui semble moins terne
A porter sur la vie un regard lumineux.

« Dame Nature a gentiment pourvu à toutes choses ;
Un jour, je lui offrirai un bouquet de roses ;
Il me semble l'aimer d'un amour onduleux. »
_____

Tranché ondé de sinople à l’orme d’or soutenu d’un besant du même et d’azur à l’aigrette d’argent tenant dans son bec une feuille d’orme d’or; au filet en bande ondé d’argent brochant sur la partition.

2 commentaires:

  1. J'aime bien ce héron -et ce blason- qui boit l'eau des feuilles d'or plutôt que de manger des grenouilles. Un soleil qui réchauffe à l'intérieur.

    RépondreSupprimer
  2. L’Arbre d’Or (2006)

    Un Arbre chargé des plus étincelantes lumières
    Un Arbre impressionnant par Sa douce Majesté
    Dressé en sa toute subtilité, traversant les Âges
    Visité par le vent léger de l’automne en secret
    Impassible, devant les feuilles tapissant la Terre
    Rayonnant des délicates grâces qui en font un Sage
    L’écorce conviant les mains en un délicat toucher
    Cet Arbre d’Or, sentit son Regard précieux le caresser
    Un regard perdu en un songe, les yeux langoureux
    Hébété devant La Beauté qui l’étreint, furtif sanglot
    Une secousse de l’imperceptible émotion tel un timide vœu
    Depuis son cœur, Isis s’anéantit et devient cet arbre si beau
    Elle est l’instant suspendu, Les yeux noyés en L’Invisible
    Son âme se laisse absorber par la troublante intensité
    Est-elle Lui, ou bien est-ce Lui en cette profondeur sensible?
    Ô puissance des yeux qui se fondent en L’Immensité
    Les battements d’un cœur qui ne cesse d’aimer L’Insoupçonné
    Isis pleure d’Amour pour Sa poignante Beauté, L’Arbre s’émeut
    Il fait entrer l’enfant en son Intimité, lui ouvre la Porte des Secrets
    Isis s’entend appeler, L’Arbre se met à parler: » Viens mon Amie,
    Aujourd’hui, toute la forêt est en fête, tu es la bienvenue
    Viens, Isis, il est une clairière qui accueille les cœurs éblouis
    Viens dans le secret des pas innocents, ceux qui effleurent le sol, nus
    Viens, Isis, C’est ici que débute ton Périple, le Retour vers L’Origine
    Viens Isis, c’est ici qu’est la vraie vie, en cette vive Alchimie, loin de toutes ruines. »

    Naïla

    RépondreSupprimer