vendredi 12 février 2016

L'ami livre

Blason de Chamagne (Vosges, Lorraine)

Parce qu'il permet de voir le monde au-delà
De ce qu'il paraît, le livre est l'outil de la
Connaissance. En effet, si je prononce le
Mot : fleur, simultanément je vois dans le lieu

De ma pensée, le grand bouquet de toutes les
Fleurs possibles. C'est magique ! mais le livre est
Aussi une voie d'accès à un monde plus
Fascinant que notre monde familier, plus 

Noble aussi, car il donne à la vérité la
Consécration de la beauté. Le livre est la
Route qui par des itinéraires souvent 

Différents conduit le lecteur à surmonter
Son destin en réalisant la grandeur qui
Est en lui : dépasser les pensées imprimées.
_____

D'azur au livre ouvert d'argent chargé sur la page senestre d'une lettre C antique de gueules, au bâton de pèlerin d'or brochant en bande, au chef cousu aussi de gueules chargé d'un alérion d'argent accosté à dextre d'un croissant aussi d'or et à senestre d'un besant du même.

9 commentaires:

  1. En tant qu'amoureux des livres, je suis bien d'accord avec Dame Pierrette. Mais que seraient les livres sans les mots et le langage dont le Principe est le Verbe ("Au commencement était le Verbe") qui est la source de la Connaissance?
    Celle-ci ne s'obtient réellement que par le Coeur dans un cheminement de purification de l'âme. Le livre n'est qu'un support parmi bien d'autres pour parvenir à ce but.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes ce sont les mots et le langage qui mènent vers la connaissance mais je pense que c'est le livre le meilleur instrument de ces mots car les expositions de tableaux, le théâtre, le cinéma, la télévision... nous entraînent trop souvent par snobisme vers un langage convenu sur les oeuvres, alors que le livre, jamais. Le livre nous emmène sur un chemin, parfois ardu, qui nous permet d'élaborer notre propre pensée. Le livre est un ami qui parle individuellement à chacun de ses lecteurs.

      Supprimer
  2. Tremplin de l'imaginaire, comme cette lettre "C" compagnon, connaissance, calligraphie inscrite sur le blason de ce livre.
    Merci pour l'ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écrit le sonnet avant de trouver le blason mais ensuite je fus contente de voir qu'il illustrait agréablement le propos du sonnet. C'est incroyable comme les blasons épousent facilement les mots, on dirait qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Je suis encore plus contente de voir que vous aussi vous mettez en relation le texte et le blason.

      Supprimer
  3. Bravo Luciole! Je n'avais pas vu cette correspondance. Faut-il y voir une allusion au symbolisme maçonnique? Car en effet, le soleil et la lune, respectivement placés au sud-est et au nord-est, peuvent figurer la Loge et la canne, curieusement étagées de 3 barres, représenter le surveillant dont la fonction est l'enseignement des compagnons.

    RépondreSupprimer
  4. ... dépasser les pensées imprimées

    ... c'est-à-dire, aussi et d'abord, des idées arrêtées nées d'une perception inudimensionnée du monde et du réel, à travers les multiples filtres de la conscience que le mental cherche à confiner dans la raison discursive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Marc le Blasonneux les pensées imprimées dans un livre sont des pensées c'est à dire des images qui permettent au lecteur de construire lui-même sa propre pensée, c'est en ce sens que le lecteur dépasse les pensées imprimées. Lire c'est dialoguer avec le livre.

      Supprimer
  5. Un monde qui se livre en ce Livre, mer de toutes les écritures. C'est en La Rose Sublime des Livres que se sont livrées les roseraies enchantées, qui d'Aube en Aube, en ces Transpires de L'Aimé nous laisse à découvrir les diaprées des perles de Rosée.
    Alors de livre en l'Ivre se retrouve La Lecture consciente des signes déposés en La Délicatesse du Toucher de L'Aimé.

    Naïla

    RépondreSupprimer
  6. "C" comme Conscience des signes :

    "Alors de livre en l'Ivre se retrouve La Lecture consciente des signes déposés en La Délicatesse du Toucher de L'Aimé."


    RépondreSupprimer