dimanche 7 février 2016

La véritable histoire de Maître Coq, le fils du Soleil


C'est par un beau matin du doux mois de mai qu'est né Maître Coq, d'une couvée de dix œufs. Sa mère, Dame Poule eut fort à faire pour élever ses dix poussins. Maître Coq était le seul mâle de la couvée, sa mère l'adorait et ne cessait de répéter « Tu es mon trésor, tu es une lumière ». C'est ainsi que Maître Coq crut très tôt qu'il était le fils du Soleil. Son père était le chef incontesté d'une belle basse-cour en plein cœur d'Héraldie. Il gouvernait si bien que toutes les poules en étaient folles, le jeune Maître Coq l'observait et songeait qu'un jour ce serait lui qui tiendrait cette digne place de chef incontesté.




Mais en attendant comme ses neufs sœurs, un peu jalouses, passaient leur temps à lui jouer des tours tous plus malins les uns que les autres, notre jeune coq prit le parti de pérégriner afin de se cultiver sur le monde et d'affûter ainsi son esprit critique.

Il visita ainsi de nombreux pays d'Amérique et d'Afrique. En Asie il rencontra Confucius, il s'arrêta également en terre sainte car il voulait trouver les reliques de son frère le Coq qui chanta trois fois au moment où Pierre, par peur de mourir, renia trois fois l'existence du fils du charpentier. Ce voyage dura dix ans au bout desquels Maître Coq revint en sa terre natale, grandi, joyeux et chantonnant une rengaine « Heureux qui comme moi a fait un beau voyage... »




Malheureusement, arrivé dans sa belle basse-cour, il apprit que son fier père n'était plus. Il avait été tué puis cuisiné pour finir en Coq au vin. Ce drame s'était produit un jour où le fermier recevait frère Maurice qui adorait les plats au vin arrosé d'un pichet de bon crû. Le père de Maître Coq avait été remplacé par un nouveau coq acheté au marché par le fermier.






Dans une telle situation, le sang de Maître Coq ne fit qu'un tour et arriva ce qui devait arriver : les deux mâles s'affrontèrent dans un combat sans merci et devinez qui gagna ? ce fut le Coq du marché. Dame Poule était atterrée par tant d'injustice, elle en mourut de chagrin.




Blessé à mort, Maître Coq se retira et se cacha pour voir arriver sa dernière heure mais Dame Nature en avait décidé autrement, elle ne voulait pas qu'il trépasse si bien qu'au bout de quelques temps il recouvra entièrement ses forces.








Il se mit à songer qu'il fallait qu'il ait une fonction alors, accablé par tous ses chagrins il devint gardien de phare en petite Bretagne, là au moins il serait tranquille et pourrait méditer. Mais isolé nuit et jour avec pour seule compagnie le bruit des vagues, il crut qu'il allait devenir fou. Sa belle basse-cour lui manquait terriblement, il croyait voir ses amis de la ferme partout, il décida donc de quitter le phare et d'aller rendre visite à sa chère basse-cour discrètement.



Lorsqu'il arriva au petit matin , à peine eut-il franchi le seuil du portail qu'un spectacle horrible le cloua sur place, peu s'en fallut que le soleil qui se levait ne rebroussât d'horreur vers le bois, tant cela était accablant : des cadavres ensanglantés gisaient ça et là, partout. Pas un seul survivant ! A coup sûr Maître Renard était passé par là, il s'était rempli la panse puis avait fini le carnage simplement par plaisir.



Dégoûté de tout désormais, Maître Coq se retira en Notre-Dame de Paris pour prier le bon Dieu de le reprendre auprès de lui. Il était discrètement installé derrière une chaise en bois quand il entendit une douce voix qui l'appelait vers le clocher, cette voix semblait lui dire « Là est ta place , à l'aube tu appelleras l'Astre, ton chant magistral éveillera l'Univers entier et tu l'éclaireras de sa lumière ».

Maître Coq se laissa porter par la douce voix à tel point qu'il se retrouva au sommet du clocher de Notre-Dame de Paris, il était d'or et il sentit les quatre vents le caresser, il pouvait voir dans toutes les directions, le monde était à ses pieds. Alors fou de joie, voyant au loin le grand Astre se profiler il se mit à chanter le matin.

Si vous ne me croyez pas, allez voir par vous-même le clocher de Notre-Dame de Paris, vous y verrez Maître Coq.

_____


Merci à Dame Marie-Louise, Cochonfucius, Marc le Blasonneux, Dame Naïla, Vincent le Rebelle, Jean D'Armes et l'Un pour leur participation à l'écriture de ce conte.

18 commentaires:

  1. La consécration d'un fameux personnage dont les aventures ne sont pas terminées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, les aventures de Maître Coq sont loin d'être terminées.

      Supprimer
  2. Chère Dame Pierrette, vous nous avez offert ici une très belle composition Unitive! Merci.

    Naïla

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dame Naïla, les blasons m'inspirent des contes, leurs couleurs, leurs meubles, les différentes compositions m'amusent et me donnent envie d'écrire.

      Supprimer
    2. Peut-être n'êtes vous pas seule à vous amuser!

      Naïla

      Supprimer
  3. Une histoire que racontait Georges Wolinski :

    Un Français prend place dans un restaurant italien où personne ne comprend bien sa langue. Le serveur arrive à lui demander ce qu'il voudrait manger.

    -- C'est égal.

    Le serveur court en cuisine et dit que ce drôle de client a commandé "sete galli", sept coqs. Mais le cuisinier n'a que six coqs rôtis dans son four. Ils complètent avec une poule.

    Quand le client voit arriver ce plat monstrueux, il part en courant.

    -- Tu sais, dit le serveur au cuisinier, il a vu qu'on a mis une poule.

    RépondreSupprimer
  4. Je me suis régalée (de l'histoire, pas des poules, ni des coqs)

    RépondreSupprimer
  5. Dame Pierrette, j'ai apprécié votre histoire mais je lui aurais trouvé un autre dénouement. Comme dans mon sonnet, les coqs plutôt que de se battre, tombent amoureux. J'aurais gardé la final à Notre-Dame de Paris mais plutôt que d'exposer le roi des gallinacés aux quatre vents, il se serait marié avec son nouveau compagnon dans cette cathédrale dans laquelle a été célébré tant de mariages royaux.
    C'est mon coté fleur bleu de lys...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très drôle Vincent, vraiment très drôle! Un mariage homosexuel dans une église et Notre Dame de Paris en plus! Sincèrement et j'insiste sur ce mot, sincèrement crois-tu cela possible?

      Supprimer
    2. Oui, c'est possible, sincèrement, l'église catholique est en perpétuel mouvement, les pratiques de l'inquisition n'ont plus court et seraient considérées comme une barbarie par la plupart des chrétiens, en tous les cas par les cadres, par exemple. Si Dieu est bien amour comme je l'ai entendu dire au catéchisme et que cette religion est une religion d'amour alors je suis convaincu que ça viendra.

      Supprimer
    3. Mais alors pourquoi le Créateur aurait il créé des hommes et des femmes, eux-mêmes co-créateur?
      Pourquoi l'Eglise marierait elle des hommes entre eux ou des femmes entre elles? A quoi cela servirait-il?
      Ne crois-tu pas, Vincent, qu'il vaut mieux accepter ce que l'on est?
      Ne crois-tu pas également que tu confonds Amour et sexualité?
      J'ai tendance à penser que les homosexuels eux-mêmes ne souhaitent pas se marier à l'église, et cela simplement par respect pour la religion chrétienne, qu'ils y croient ou pas.
      Nous sommes les descendants d'Adam et Eve, un homme et une femme, et l'Eglise est le lieu où tous les chrétiens se rassemblent pour écouter la parole de Dieu. Pourquoi déformer cette parole? Alors que tu sais bien que toute civilisation est basée sur le respect de la liberté de chacun, pourquoi ne pas respecter celle des chrétiens?
      Les homosexuels qui souhaitent se marier le peuvent désormais alors où est le problème?
      Est-ce Dieu qui ordonne ou sont-ce les hommes qui ordonnent?

      Supprimer
  6. 1. Mais alors pourquoi le Créateur aurait il créé des hommes et des femmes, eux-mêmes co-créateur?

    Oh ! La ! La ! Encore une fois, c’est vraiment dur tes questions ! Tu me parles de créateur mais qu’est-ce que j’en sais si il y a un créateur ? Un créateur ? J’imagine un gars un peu comme moi quand je me met devant mon ordi pour écrire, qui cherche des vers, des rimes, qui écrit des mots, les efface, va faire un tour du coté des dictionnaires pour vérifier que le mot qu’il a voulu employé correspond bien à la définition qui en est faite et puis qui au bout du compte fait un sonnet. Dieu un poète, le monde un sonnet. Et bien je me dis que des sonnets comme ça, j’en serais pas fier ! Non mais t’as vu ce malheur partout ? Sais-tu que pendant trois cent ans les hommes, des femmes et des enfants ont été traités par d’autres hommes comme des objets ? Je parle de l’esclavagisme qui soit dit en passant a eu le soutien et les encouragements de l’église ! dixit Jean Paul II. Un deuxième exemple et après j’arrête parce qu’on en finirait pas; la passivité active de Pie XII pendant le nazisme, on peut pas dire qu’il se soit beaucoup mouillé le gaillard, sinon avec de l’eau bénite! A la même période en Allemagne, il y tellement peu de religieux qui se sont élevés contre ce qui se passait sous leurs yeux qu’on place les rares résistants religieux au rang de héros. Il y en a. Pas beaucoup, mais il y en a. J’ai écris une sonnet à la mémoire de l’un d’entre eux Paul Schneider,

    https://misquette.wordpress.com/2015/08/17/303-a-chacun-son-du/

    2. Ne crois-tu pas également que tu confonds Amour et sexualité?

    Bon passons, Dieu aurait donc créé des hommes et des femmes, tu veux dire par-là que son but était qu’ils se reproduisent, comme des lapins et tu me dis ensuite que je confond Amour et sexualité ? Ca serait pas plutôt toi qui confond les deux ? La sexualité c’est bien ce qui permet aux hommes de reproduire, non ? Qu’est-ce que l’amour a à voir avec la reproduction ? Je ne te l’apprend pas, on peut parfaitement se reproduire sans amour voir dans la haine l’un de l’autre. Demande à une femme qui tombe enceinte à la suite d’un viol quels sentiments elle a pour le gars qui est responsable de son état !

    Suite dans le message suivant

    RépondreSupprimer
  7. 3. Le respect de la parole des Chrétiens

    Mais cette parole, comme tu dis, les dogmes je dirais, car il s’agit de cela, ne font qu’évoluer, ils ne sont pas fixes, immuables, ils sont le fruits d’arrangements entre groupes, on fait des compromis pour éviter des scissions qui existent d’ailleurs; orthodoxes, protestants etc… Tous des chrétiens, certains reconnaissent le divorce par exemple et pas d’autres et pour ce qui est de l’homosexualité, des chrétiens (les protestants) ont décidé récemment de bénir les couples homosexuels au temple. La parole de chrétiens est changeante et multiple.
    Le respect, mais Pierrette (j’écris ton prénom pour t’interpeller, j’ai peur que tu t’endormes), Pierrette donc, qui entrave la liberté des chrétiens ??? Oui, il y a des gens qui l’entravent, Daech et bien d’autres dans le monde mais pas les chrétiens qui demandent d’être accepter dans leur communauté pour ce qu’ils sont ! Pas ceux qui sont croyant et qui veulent eux aussi être unis devant le Dieu qu’ils aiment ! Ils demandent une reconnaissance, ils ne brûlent pas les églises, ne tuent pas les fidèles !

    4. Les homosexuels qui souhaitent se marier le peuvent désormais alors où est le problème?

    Nous parlons du mariage religieux

    5. Est-ce Dieu qui ordonne ou sont-ce les hommes qui ordonnent?

    Des hommes ordonnent au nom de Dieu, ils ordonnent la Saint Barthélémy par exemple ou l’exécutions des chrétiens en Orient. Est-ce que Dieu ordonne ? Je vais te donner ma façon de voir Dieu. Dieu c’est comme une des petites filles dont je me suis occupé dans le cadre de mon travail, malheureuse, immensément malheureuse parfois et heureuse d’autre fois, immensément heureuse pour peu qu’on la regarde, que l’on prête attention à elle, que l’on joue avec elle. Elle nous aimais, on ne pouvais pas ne pas l’aimer. On aime d’être aimé. L’amour nous oblige à l’amour. L’amour ordonne l’amour. C’est comme cela que dieu ordonne, pas en nous demandant de se marier avec une fille si on est un garçon ou l’inverse.



    https://misquette.wordpress.com/2015/01/23/158-vivante/


    Bon et bien sur ce je vais me couché, avec une fille.

    RépondreSupprimer
  8. Excuse-moi Vincent de te répondre un peu brutalement mais je me demande bien comment tu peux aimer avec tant de haine dans le cœur?

    RépondreSupprimer
  9. Je te remercie de t'inquiéter pour moi mais j'en ai vu d'autre et puis j'ai décidé de considérer ta question comme une vrai question bien que je ne me fasse pas d'illusions, tu trouves que ma réponse est haineuse...

    Aussi pour la réponse que je lui apporte, je te renvoi au point 5 ci-desssus auquel j'aurais pu donner le jolie titre "Aimer d'être aimer" ainsi qu'à un poème et surtout à ses commentaires. J'y ai tout de suite pensé quand j'ai compris que tu me trouvais haineux. Tu as l'air extrêmement sensible aussi je veux te prévenir que l'illustration est une peinture représentant une jeune femme dans une position qui suggère très fortement celle du christ sur la croix. Je t'aurai prévenu !

    https://misquette.wordpress.com/2015/12/24/satan-mhabite/

    RépondreSupprimer