mercredi 24 février 2016

In Memoriam

Peinture de Thomas Metcalf

  La cause de nous par quoi tout se délivre,
sur le pas d'un hiver qui n'en finira plus,
à l'aube s'est fanée sous l'étalement du givre ;
les temps nous ont mandés aux mortelles tenues.

Le drame du jour par quoi tout se déchire
et qui mène à l'aboi l'âme torse toute nue,
à l'aube s'est joué sur le tréteau grêlé du pire,
clos de rideau par l'endeuil au dieu cornu.

La cause de nous par quoi tout s'enracine,
de graine en moisson, de glèbe en maison,
à l'aube s'est ridée, courbe et voûte l'échine ;
les temps nous ont menés aux stériles saisons.

Le drame du jour par quoi tout s'exaspère
et qui donne au matin tout le bleu du diamant,
sous le dôme a glissé la plus froide lumière,
en épure de gris perlé s'y profile un gisant.

La cause de nous par quoi tout se déchaîne
sur le royaume tonnant de tout ancien jour,
à l'aube s'est coulée et le temps ne ramène
que les cris et les pleurs sous le vol du vautour.

Le drame du jour par quoi tout se dépose,
quand la voile bombée ne mène à nul port,
de deuil a drapé l'envers et l'endroit des choses
et ce maigre gisant n'est que barde qui dort.

Xavier Grall (1930-1981)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire