dimanche 28 février 2016

Et la lettre engendra le verbe - Hamza


Hamza

En sa vêture lumineuse, 
Il est la source occultée des apparences, 
Inconnu et subtil,
En son écrin de soie comme une perle invisible et nacrée,
L’origine, la pupille et l’œil non serti de khol,
Source d’une eau purifiée sans mélange
Qui s’insuffle en tout être créé,
Dont nul être ne sait ni le lieu ni le temps
Car l’au-delà des possibles est son palais et sa demeure…
Il est la vie,
Lumière sur lumières,
Fécondant l’huile et la graine
Sans qu’aucun feu ne touche,
Abreuvant toute terre asséchée,
Source de toute puissance, Amour ascendant,
Lettre liminaire et covenant primordial,
Appelant au souvenir et à la sagesse,
Source des connaissants et maître des secrets,
Secret lui-même…
Sa pupille est l’encrier du calame,
Son iris, la mère de l’éloquence et le modèle des convenances,
Racine de tout alphabet,
Initiale de toute langue,
Clarification ultime des vocables allusifs,
Proclamation des inspirations premières,
Son nombre n’est aucun nombre,
Si ce n’est la source de l’Unique
Qui ajoute et retranche, multiplie et divise.


Yahne le Tourmelin - LE SINAÏ - 1978

1 commentaire: