lundi 8 février 2016

Christina Georgina Rossetti - Écho


                   Viens à moi dans le silence de la nuit ;
                   Viens dans le silence éloquent d’un rêve ;
                   Viens, les joues rondes et douces, les yeux étincelants
                   Comme un ruisseau ensoleillé ;
                   Reviens en pleurs,
                   O souvenir, espoir, amour d’années révolues. 

                   O rêve si doux, trop doux, trop doux-amer,
                   Dont le réveil aurait dû se produire au Paradis
                   Où des âmes comblées d’amour vivent et se rencontrent,
                   Où des yeux assoiffés de désir
                   Observent la porte qui, doucement,
                   Laisse entrer pour ne plus laisser sortir. 

                   Pourtant, reviens-moi en rêve, que je revive
                   Ma vie bien que mortellement transie :
                   Reviens-moi en rêve, que je rende
                   Pulsation pour pulsation, souffle pour souffle :
                   Baisse la voix, penche-toi bien,
                   Comme il y a longtemps, mon amour, bien longtemps.


(Goblin Market and Other Poems, 1862)

                  Come to me in the silence of the night ;
                  Come in the speaking silence of a dream ;
                  Come with soft rounded cheeks and eyes as bright
                  As sunlight on a stream ;
                  Come back in tears,
                  O memory, hope, love of finished years.
                  Oh dream how sweet, too sweet, too bitter sweet,
                  Whose wakening should have been in Paradise,
                  Where souls brimfull of love abide and meet ;
                  Where thirsting longing eyes
                  Watch the slow door
                  That opening, letting in, lets out no more. 

                  Yet come to me in dreams, that I may live
                  My very life again tho’ cold in death :
                  Come back to me in dreams, that I may give
                  Pulse for pulse, breath for breath :
                  Speak low, lean low,
                  As long ago, my love, how long ago.


Christina Rossetti (1830-1894) est désormais reconnue comme l’une des voix poétiques majeures du siècle victorien. Poète énigmatique dont la multiplicité des interprétations révèle le caractère indéchiffrable, Rossetti multiplie les voix, les personnages et les postures tout en préservant un flou contextuel qu’elle reproduit dans son attitude face au processus éditorial : ses rééditions, modifications, déplacements, découpages et auto-traductions nient le concept même de version définitive. Chantre de la religion anglicane, poète préraphaélite, auteur de comptines, Christina Rossetti révèle des influences diverses et alterne entre conservatisme et espièglerie, refusant tout immobilisme mais parvenant néanmoins à créer une harmonie stylistique d’ensemble. Outre une large production en prose constituée d’écrits religieux et de nouvelles encore peu connus, son œuvre poétique rassemble cinq recueils publiés entre 1862 et 1893, des compositions publiées séparément (dans des revues ou des ouvrages collectifs), ainsi qu’une large production révélée au lectorat de manière posthume.

Melody Enjoubault

2 commentaires:

  1. Merci beaucoup de nous avoir fait rencontrer cette sublime poétesse. Vous ne pouvez vous arrêter là. Donnez-nous d'autres poèmes à lire!

    RépondreSupprimer