mardi 19 janvier 2016

Veille


Peinture de Max Švabinský (1873-1962), La fusion des âmes

Ô ma Muse, où êtes-vous ? Je vous ai attendue
Toute la soirée, sur la plus haute tour de mon âme,
Où le regard porte au-delà du voile tendu
De ma courte-vue qui est piètre oriflamme.

En cette veille, j'ai eu la grâce de me recueillir
Pour sonder mon coeur en ses plus secrètes arcanes ;
L'Amie, ma main est plus à planter qu'à cueillir,
Tenant bâton de pèlerin plutôt que canne.

La noire Circé me voulut transformer en bœuf
Et la belle Calypso me couver dans son oeuf ;
Jamais je n'ai quitté ma tendre Pénélope !

Si je faiblis, c'est d'espérer de l'horizon ;
Oh ! combien long est le chemin de la maison,
N'ayant que l'instant et ma mortelle enveloppe.

2 commentaires:

  1. La muse s'endort
    Rêve à de nouveaux trésors
    Fleurs multicolores

    luciole

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique mais à t-on vraiment besoin de la muse ??

    Sabrine

    RépondreSupprimer