dimanche 24 janvier 2016

Robe de Lumière


Toile de Sir Edward Burne-Jones (1833-1898)

De ce monde plein d'illusions j'ai couru les voies ;
Il n'en est pas une qui ne mène dans une impasse ;
J'ai écouté les mots de ceux qui ont une belle voix ;
Plus d'un sourire révéla le vide d'une grimace.

Combien rare est l'Ami qui te prend par la main
Sans que sa forte poigne ne devienne menotte ;
Qui ne te promet rien, pas même un lendemain,
Mais dont la présence galbe l'âme et l'emmaillote.

Celui-là qui, au lieu d'attiser ton désir
Pour n'en mieux noyer la raison dans le plaisir,
Se fait, pour vaincre ce dragon, compagnon d'armes ;

Ce que l'on cherche est en soi et nulle part ailleurs ;
De ce dont je vêts mon âme je suis le tailleur ;
Nulle robe de Lumière qui ne soit sertie de larmes.

ML, Le chemin des étoiles

1 commentaire:

  1. Je suis heureuse
    Il m’a dit hier
    qu’il m’aimait
    Je suis heureuse et fière
    et libre comme le jour
    Il n’a pas ajouté
    que c’était pour toujours.

    Jacques PREVERT

    RépondreSupprimer