dimanche 17 janvier 2016

Nunc dimittis

Toile de Zolan

Un vieux maître se tient au bord d’un grand cours d’eau,
Disant : «Ecoutez voir, j’en ai une bien bonne :
Toute chose qui passe est pareille à ce flot.»
Cette dure leçon que le vieux maître donne

N’est pas inattendue, et ne surprend personne.
Il n’est refuge aucun, dans le ciel, pour l’oiseau,
Et l’univers n’est pas une horloge qui sonne.
Mais pour un arrivant, comme il paraît nouveau !

Un enfant découvrant son premier champ de neige,
Puis, tout ce qui effraie, et tout ce qui protège,
Et le vent qui s’amuse à coiffer ses cheveux…

De ces cent mille instants que l’on ne sait décrire,
Tenter l’évocation, vous la donner à lire :
C’est, comme humble vieillard, tout le bien que je veux.

Cochonfucius

1 commentaire:

  1. C'est dédié à un tout petit enfant chinois, fils aîné de Lady Wintersnow.

    RépondreSupprimer