jeudi 28 janvier 2016

Les trois saisons d'Héraldie

Peintures de Rafal Olbinski

Lorsque la nef Héraldie largua les amarres,
Elle fut tel un château flottant aux mille écus ;
Mais bientôt, la mer lui sembla une petite mare.
Vint Cochonfucius lui recharger les accus

Avec force sonnets de belle facture héraldique ;
Dame Pierrette jubila en son armurerie ;
Le travail était régulier et méthodique ;
Tous, nous admirions la splendeur des armoiries.

Quand Dame de Beaulieu posa son bouquet de roses,
Il se passa en Héraldie des drôles de choses ;
Tout se teinta de gueules de sa plus vive ardeur.

Un jour, la nef glissa sur l'Océan sans rivage,
Là où fusionnent tous les éléments, sans clivage ;
Nous y rencontrâmes la Dame de la Profonde heure.

Le spectre à trois faces

Journal de bord

1 commentaire:

  1. Justine signe ici sa 500e composition, avec un texte mémorialiste qui retrace les trois grandes saisons traversées par Héraldie. Elle oublie de s'y nommer alors qu'elle est l'un des piliers de ce blog auquel elle a apporté sa touche si particulière, un rien décalée souvent, mais toujours dans la juste mesure. Elle est entrée en écriture sans prétention et ne s'en attribue pas davantage aujourd'hui. Simplement, le goût d'écrire fut contagieux et le Cercle y est pour beaucoup, selon ses dires. Ses compositions témoignent d'une amitié extraordinaire, indéfectible et exponentielle (Boulevard des Capucines) et d'un regard sur le monde sans gants ni complaisance (Le Spectre à trois faces). Mais elle se juge plus durement encore, ce en quoi elle a tort. Merci Justine d'être des nôtres, d'être simplement ce que tu es.

    RépondreSupprimer