vendredi 8 janvier 2016

L'Envoyé

Toile de John Jude Palencar,The prophet

                 Sous le figuier,
                 Le passant est assis qui attend son heure 
                 Dans la contemplation de la multitude unifiée.
                 Il s’efface et dépouille son vêtement d'autrefois,
                 Regard fermé à tout autre vision que celle de son Roi 
                 Qui rassemble toute chose en sa main.

                 Sous l'olivier,
                 Le suivant authentique reçoit son ordre et son viatique éternel,
                 Il ouvre alors son regard 
                 Et saisit pour toujours la trace de l'Unique
                 Dans la procession incessante des créatures.
                 Le voici désormais à la cime du mont
                 Homme étendard de feu,
                 Phare des mondes et de l'univers.

                 Prophète investi, il dirige ses pas vers la Cité sacrée 
                 Pour l'ultime et première rencontre
                 Car il connaît l'origine et la fin
                 Et la beauté extrême 
                 Déposée en chaque être 
                 Du plus infime au plus insigne.

                 Le guide pleure la déchéance humaine,
                 Et la corruption du monde
                 Et les meurtrissures de la Terre

                 C'est pourquoi il dépose en lieu sûr
                 Les joyaux de la sagesse ancestrale
                 Et tend ses mains à la détresse
                 Et couvre de son manteau 
                 Les blessures et les larmes.

                 Il connaît son Seigneur et sa servitude
                 Il est parmi la foule et sa parole est claire.
                 Et bien que tous l'entendent, peu comprennent sa langue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire