mardi 19 janvier 2016

La pensée du jour : Farid al-Din Attar


Ayant bu des mers entières, nous restons tout étonnés que nos lèvres soient encore aussi sèches que des plages, et toujours cherchons la mer pour les y tremper sans voir que nos lèvres sont les plages et que nous sommes la mer.

Farid al-Din Attar, poète persan (12e-13e siècle)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire