vendredi 22 janvier 2016

Infinie mouvance

Peinture de Joel Rea

Ce matin, le ciel était bleu strié de rose ;
C'aurait pu être annonciateur d'un bon jour,
Un de ceux où la douceur de vivre arrose
Toute heure et lui dessine d'un sourire les contours.

Aucun vol d'oiseau n'en avait fendu l'espace ;
L'azur muet ne m'envoya aucun signe ;
Il y eut ce silence, un peu comme quand un ange passe ;
Toute ma vie me sembla tenir en une ligne.

L'instant qui s'ouvrait n'avait aucune consistance ;
Plus rien en moi n'offrait la moindre résistance.
J'étais assis au bord de mon âme ténue.

Pourtant, en ses tréfonds, j'ai senti la puissance
Mystérieuse d'un courant à l'infinie mouvance.
Les temps m'ont mandé à de bien étranges tenues.

2 commentaires:

  1. Instant de grâce dans ce beau poème.

    RépondreSupprimer
  2. Bénie soit votre infinie mouvance!

    Cielespoir

    RépondreSupprimer