jeudi 21 janvier 2016

Icare

Toile de Domenico Feti (1589-1624)

Certains jours, l’univers nous séduit en esprit,
Se montre cohérent, se laisse un peu connaître,
Offre quelques aspects dont nous nous rendons maîtres…
D’autre jour, obstiné, il demeure incompris.

Je ne suis pas de ceux qui veulent à tout prix
Comprendre ce qu’on voit aux multiples fenêtres.
Je ne suis pas de ceux qui veulent sonder l’Être.
Je veux juste classer le peu que j’ai appris.

J’aimerais surmonter l’inquiétant désarroi
Qu’induit l’opacité de certaines parois,
Même si nous savons qu’elle n’est qu’apparente;

Savoir si le cosmos, sur ses bords, est ouvert
Aux abords cristallins de nouveaux univers:
Déchiffrer ce grimoire aux pages transparentes.

6 commentaires:

  1. « Et les hommes sont souvent dans l’impossibilité de rien faire, prisonniers dans je ne sais quelle cage horrible horrible, très horrible. »
    « On ne saurait toujours dire ce que c’est qui enferme, ce qui mure, ce qui semble enterrer, mais on sent pourtant je ne sais quelles barres, je ne sais quelles grilles, des murs. »

    Van Gogh, voir son tableau "Les prisonniers".

    Magnifique poème encore.

    RépondreSupprimer
  2. Il n'est de fermeture qu'en nous, car jamais rien n'est fermé, et Cela nous attend au détour du Temps qui se suspend, ici, en sa délicate éclosion. Ineffable ouverture que le cœur pressent en Sa Grande Beauté.
    Même une prison devient alors une ouverture subtile.
    En chaque chose, se cache une essence fugace et persistante à la fois.
    Le Cœur qui ne ment pas, le sait...

    Naïla

    RépondreSupprimer
  3. Un Seul Instant en cette précieuse Éclosion vaut tous les instants réunis. Il se suffit. Il est La goutte qui donne tous les océans...

    Naïla

    RépondreSupprimer
  4. La cage est parfois protection,comme une matrice, comme une porte fermée qui permet de rassembler les énergies.
    Dépasser les murs, se perdre dans l'infini peut être très angoissant aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Seul L'Infini rencontre L'Infini.
      Seul L'Infini attire en Lui L'Infini.
      Alors Nulle angoisse en ce retour, ni perdition.
      Cela ne peut venir du Limité qui ne saurait Le concevoir.
      L'Infini enveloppe L'Infini.

      Naïla

      Supprimer