dimanche 10 janvier 2016

Chroniques de l'Ancien Monde 1

 Peinture de Dirk Bouts

      Alors que je me la coulais douce au Jardin d’Eden depuis ma dernière sortie, le Seigneur me fit mander d’urgence. « Enfin de l’action », me dis-je en me présentant devant Lui. Je remarquai que j’étais seul car il avait renvoyé tout son entourage de conseillers. 

« Troll JR, j’ai une mission très importante à te confier. Nous ne sommes que tous les deux car toi seul doit savoir de quoi il en retourne, à moi seul tu rendras compte, et à personne d’autre tu ne parleras. Si je t’ai choisi c’est parce que tu es débrouillard et observateur, un tantinet belliqueux et que tu réfléchis posément avant d’agir. Ceci étant dit, écoute attentivement...

      J’ai longtemps pensé que tout le Mal qui existe actuellement dans le monde des Humains venait de ce qu’ils interprétaient faussement leurs livres sacrés. Au départ, ces livres furent rédigés pour maintenir les populations grandissantes dans des croyances respectueuses de la morale et du bien-être de chacun. Ils se révélèrent rapidement un carcan pour beaucoup et un moyen d’assouvir leur domination pour certains. De plus leur Genèse, bien que partiellement plausible, est parfaitement floue. Comme quoi partir d’un bon sentiment ne débouche pas forcément sur la réalité.
J’ai donc le sentiment que le Mal qui domine la Terre provient des Anciens Temps qui sont peu ou prou connus des Humains actuels. Je crois qu’il est parti de l’Eden peu de temps après les premiers Humains. Je lis l’étonnement dans ton regard, c’est difficile à comprendre pour toi. Quand tu reviendras de la mission que je vais te confier et d’après ce que tu me raconteras, tu en sauras plus de ma part, du moins je le pense.
Je vais t’ouvrir un passage sur l’Ancien Monde, celui qui existait au départ des Humains. Ta mission primaire sera d’observer, de tout enregistrer ce que tu verras sans chercher à t’immiscer dans les différentes situations que tu rencontreras. Ce que je déciderai par la suite dépend pour beaucoup de ce que sera ton compte-rendu. 
Regarde derrière moi, Troll JR, un passage vient de s’ouvrir, avance sans crainte et n’oublie pas que, dès la porte franchie, tu seras invisible. Quand tu décideras de revenir, il suffira d’y penser fortement et le passage s’ouvrira devant toi »
     Je crus apercevoir quelques larmes couler le long des joues du Créateur. Je m’exécutai sans poser de questions et fus happé par la porte.

     Un grondement sourd me réveilla. Il faisait sombre, mais ce n’était pas la nuit. J’étais à la lisière d’une forêt et devant moi s’étendait une immense plaine. Au loin je distinguais à peine des montagnes dont certaines semblaient cracher du feu. Le sol tremblait continuellement. Des bruits et des cris bizarres s’échappaient de la forêt, gagnaient la plaine et s’évanouissaient dans le lointain. Ce que je voyais et entendais ne me rassurait pas du tout. Je décidai de traverser la plaine et de me diriger vers les montagnes.

      Ma progression fut facilitée par la nature du terrain, tantôt nu et rocailleux, tantôt parsemé de hautes herbes. L’atmosphère était lourde, la luminosité faible mais suffisante pour avancer sans être ralenti. Soudain mon attention fut attirée par une masse noire qui semblait se mouvoir au loin. Je m’approchai doucement. Quand je pus voir plus distinctement de quoi il s’agissait mon sang se glaça. Une bête gigantesque recouverte d’écailles était en train de festoyer. Une autre bête, tout aussi énorme, gisait à terre, éventrée. Elle râlait encore. Des croassements bizarres me firent lever la tête. Au-dessus tournoyaient des sortes d’oiseaux avec de grandes ailes et un long bec. Les charognards attendaient patiemment que le carnivore termine son repas.

      Je passai rapidement mon chemin et continuai mon périple en direction des montagnes. Je fus bientôt arrêté par une rivière que je longeai pendant un moment. J’aperçus un tronc d’arbre, jeté d’une rive à l’autre et permettant le passage à sec. J’avais remarqué ces grands arbres disséminés dans la plaine, et si ce tronc était là, c’est qu’une intelligence supérieure l’y avait mis. Je traversai et me rapprochai des montagnes. Le terrain s’élevait et ma progression devenait moins facile.

      C’est alors que je les vis. Des bipèdes qui gesticulaient, armés de grands pieux. J’approchai au plus près pour mieux les distinguer. Aucun doute n’étais permis : des Humains se tenaient là devant moi. Mais pourquoi s’excitaient-ils ainsi ? Je compris quand je vis les autres, des créatures noires et hideuses, ailées ou non, mais qui toutes volaient. Elles s’abattaient sur les Humains et les emportaient. Ces derniers se défendaient avec leurs pieux, les créatures touchées s’évanouissaient dans un nuage de poussières. Les Humains se replièrent dans des grottes à flanc de montagne. Les créatures disparurent alors. J’arrivai sur le lieu de l’échauffourée. L’horreur m’attendait. Des corps démembrés gisaient au sol, la plupart éventrés, les bras, les jambes et les têtes étaient disséminés un peu partout.

      C’en était trop pour moi. Je pensai fortement au passage et me jetai dedans dès qu’il apparut.

      Derrière le Créateur j’étais parti, derrière le Créateur je revins. Il était seul et avait l’air pensif. Quand il me vit son visage s’illumina de bonheur. « JR, tu es revenu ! Que je suis content de te revoir ! Mais tu as l’air bien fatigué. Viens t’asseoir près de moi, brave Troll, je suis impatient d’entendre le résultat de ta mission. »

      Je n’omis rien, même pas le plus petit détail. Plus je racontais et plus le visage du Seigneur devenait sombre. Cette fois ci, j’en suis sur, j’ai vu quelques larmes couler sur ses joues et se perdre dans sa barbe. Mais il se ressaisit vite. Ce qu’il me raconta alors me stupéfia.

     « Je ne suis pas étonné par ce que je viens d’entendre. Lorsque j’ai créé les premiers Trolls et Humains, je ne me suis pas arrêté là. J’ai créé d’autres êtres, qui ne m’ont pas plu, et je les ai laissés dans un coin de l’Eden sans m’occuper d’eux. Auparavant j’avais créé des animaux. Il y en avait de toutes sortes. Quand j’ai chassé les Humains du Jardin d’Eden j’ai laissé partir également ces êtres et ces animaux. Mais ce qui m’inquiète le plus, ce sont ces créatures infernales que tu m’as décrites. Je pense qu’elles personnifient le Mal dans toute sa laideur et qu’elles sont l’œuvre de Lucifer. »

      Je me pris la tête entre les mains et pensai tout haut : « Mais qui c’est celui-là ? »
« Celui-là, JR, c’est le seul Troll qui osa un jour se révolter contre moi et discuter toutes mes décisions. C’était pourtant un bon Troll que j’avais nommé archange. C’est à croire qu’il voulait plus. Il a essayé de fomenter une révolte des archanges contre mon pouvoir. Heureusement ceux-ci me restèrent fidèles et je fus averti par Michel, Gabriel et Raphaël, que tu connais je crois, de ce que tramait le Lucifer. Et là je pense que j’ai commis une faute, j’aurais du l’anéantir sur place au lieu de l’expulser de l’Eden. Ce maudit se retrouva donc sur la Terre avec toutes mes autres créations. Ce qui est inquiétant c’est que cela s’est passé bien après que j’eus chassé les Humains. Si tu as vu ces Infernaux que tu m’as décrits c’est que pour lui aussi l’espace temps n’a pas de limite.
Quoi qu’il en soit, JR, il faut combattre le Mal par le mal. Je fais de toi à partir de maintenant un Troll-guerrier et grâce à toi je vais montrer à l’autre que je ne suis pas décidé à me laisser faire. Voici ton arme. »

      Je me retrouvai avec une hache entre les mains. Je n’eus pas le temps de placer un mot que le Seigneur continuait :
« Je te renvoies d’où tu viens avec pour mission d’anéantir les Infernaux, et surtout, JR, pas de quartier ! Rassures-toi, si tu pars seul d’autres Trolls-guerriers te retrouveront là-bas. »

     Le Créateur me prit par l’épaule et me guida vers le passage. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu la sensation qu’il m’avait poussé.

     Je me retrouvai dos aux montagnes et face à la plaine. Devant moi, à hauteur de la rivière, un groupe impressionnant d’Infernaux attendait que les proies sortent des cavernes. Je m’avançai à leur rencontre sans trop me presser en attendant les renforts promis par le Seigneur. Les maudits m’aperçurent et j’entendis un immense ricanement s’élever de leurs rangs. Mais qui était donc ce petit être avec une hache plus grande que lui qui venait les narguer ? De moins en moins sur de moi je continuai cependant d’avancer. Soudain le ricanement cessa. Un grand silence se fit dans les rangs des maudits.

      Je n’étais plus seul. À ma gauche et à ma droite se tenaient, comme sortis de nulle part, un bon millier de Trolls, tous armés d’une hache. Sauf deux, un petit gringalet qui était en train de liquider le contenu d’une gourde et un gros avec un petit casque qui battait des mains en criant : « Oh oui, oh oui ! ». Le petit me parla : « Alors, chef, on y va ? ». Je me souvins de ce que m’avait dit le Seigneur et je hurlai : « Pas de quartier ! ».

     Je n’eus pas le temps d’avancer que déjà une déferlante trolle submergeait les Infernaux. Pas un ne s’envola. Des milliers d’ailes et de têtes giclaient par-dessus la mêlée en un ballet macabre. Puis, faute d’adversaires, la vague trolle reflua en me récupérant au passage.
« Alors, chef, content de nous ? » me demanda le petit.
« Pour sur, on ne peut pas faire mieux en si peu de temps ! » lui répondis-je.
Quant au gros, il continuait de battre des mains en criant « Encore, encore ! ».

     Soudain tout ce beau monde disparut comme par enchantement et je me retrouvai seul une nouvelle fois. C’est alors qu’une voix se fit entendre derrière moi : « Mais qui es-tu donc, toi ? ».
     Je me retournai et vis un Humain qui se tenait là, avec une grande barbe et un grand bâton, certainement le Patriarche local des Humains.
« Je suis un Troll envoyé par le Créateur pour combattre les Infernaux. »
« Un Troll !! Tu viens donc de là-haut, mon ami ? »
« Si tu veux. Le Seigneur a eu pitié de votre malheur actuel et m’a envoyé pour y remédier. »
« Et tu as réussi de façon remarquable ! Cependant je ne m’explique pas comment tu as fait, seul au milieu de cette horde. » 
« Comment ça, seul ? Mais ils étaient mille avec moi ! »
« Allons, mon ami, ne fait pas le modeste, nous avons tous bien vu que tu étais seul ! Je sais que tu vas repartir. Pour nous et nos descendants, à partir d’aujourd’hui, tu seras une légende.»
« Hein ?! Mais je n’ai pas du tout envie d’être une légende ! »
« Il est trop tard, mon ami, tu en es déjà une ! Mais dis-moi, quel est ton nom ? »
« Le Seigneur m’appelle JR. »
« Quel drôle de nom. Quand tu seras là-haut, dis Lui que chaque jour qui passe nous expions la faute originelle commise par nos ancêtres, et que la vie n’est pas facile ici. Vois-tu, un peu de compassion de la part du Seigneur nous ferait bien plaisir. Adieu, Troll et bon retour. »

     Le vieux se mit à pleurer, tourna les talons et s’en alla vers les siens. Je pensai fortement au passage et me jetai dedans à son apparition.

     Le Créateur me reçut avec beaucoup de chaleur. Son visage était illuminé de bonheur. Mon compte-rendu fut bref car il n’y avait pas grand-chose à raconter. De plus j’avais la nette impression qu’il savait déjà. Quand je lui exprimai le vœu du Patriarche il hocha la tête et me dit :
« Eh oui, c’est quand on est dans le besoin ou qu’on a envie de quelque chose qu’on pense surtout à moi. Les Humains n’ont pas besoin de ma compassion, d’ailleurs leur situation actuelle montre qu’ils ont bien su se débrouiller sans moi.

JR, tu as fait preuve de beaucoup de témérité, je te garde donc comme missionnaire très spécial. Bientôt je t’enverrai dans un monde un peu moins ancien, car je te le dis maintenant, il faut absolument retrouver les autres, ceux que j’avais délaissés. Il est primordial pour moi de savoir ce qu’ils sont devenus et surtout ce qu’ils pensent de moi. Je te nomme dès maintenant Troll-ambassadeur.
Vas te reposer quelques temps dans mon Jardin personnel, tu l’as bien mérité. »
Je me dirigeai tout content vers le Jardin car je savais qu’il y avait toujours là quelques trollesses. Après l’effort, le réconfort, comme a dit je ne sais plus qui. Et puis je suis un guerrier et j’ai besoin de repos.
« Attention, JR », résonna la voix du Seigneur dans ma tête, « sois sobre en toute chose, mais je ne me fais pas de souci, elles ne sont pas dix mille là-dedans ! »
J’entrai dans le Jardin.
« Trollesses, la légende est là ! » 

Troll JR

1 commentaire:

  1. Bonsoir Troll de la Lisière d'Héraldie, ainsi vous avez combattu Lucifer aux côtés de l'Archange à la ceinture de sinople? C'est une sacrée aventure dites donc!
    Sinon je voulais vous dire que le Créateur n' a pas détruit Lucifer parce qu'il ne détruit rien, il crée mais il a dû créer un lieu pour cet ange déchu et ceux qui le suivent.

    RépondreSupprimer