samedi 16 janvier 2016

Au milieu du pont

Blason de Ponteyraud (Dordogne)

Tant de belles choses sont nées de nos chastes étreintes ;
D'une promesse faite en l'Ailleurs, je garde le ruban
Qui la lia et dont souvent je me suis ceinte
Quand la force faiblissait en mon corps titubant.

Belle est cette image du pont qui joint les deux rives ;
C'est au milieu que s'unissent tous les opposés ;
Hors la dualité, l'esprit quitte toute esquive ;
Il est en paix par cette foi clairement posée.

Alors, quand même le coeur ravi est pris d'ivresse
Et qu'en elle le seigneur honore sa seigneuresse,
La Lumière la garde en sa plus haute tenue.

Cette arche qui soutient les deux tenants se fait porte
Ouverte sur l'Océan. Que son onde nous emporte
Plus loin encore, vers ces terres encore inconnues.

ML, Le chemin des étoiles
_____

D'azur au pont d'argent en dos d'âne d'une arche maçonné de sable sur une rivière d'argent, surmonté d'un cœur de gueules lui-même surmonté d'un soleil d'or.

5 commentaires:

  1. Marie-Louise,
    Avec ce poème, vous nous offrez un présent peu commun!
    Avez-vous remarqué que votre pont a bien des correspondances avec l'arc-en-ciel?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Jean d'Armelin, j'y ai pensé, au point de vouloir d'abord illustrer mon sonnet par un blason comportant un arc-en-ciel. Finalement, j'ai préféré celui de Ponteyraud qui réunit quasi tous les éléments de ma composition, tout en suggérant l'arc-en-ciel par sa ligne particulière.

      Supprimer
    2. Vous avez bien fait, Marie-Louise. La suggestion ou autrement dit l'allusion en dit parfois plus long qu'une expression directe. J'admire en tout cas le bel équilibre de votre composition.

      Supprimer
  2. Toute la douceur de l'onde dans ce poème.Presque une berceuse, un apaisement, une caresse.
    Un coeur en clé de voûte sur lequel veille un soleil doré, c'est magnifique!
    Vous avez raison Jean d'Armelin, un beau cadeau d'un présent lumineux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, douce Luciole, de partager, ainsi que vous le faites, cette commune sensibilité.

      Supprimer