dimanche 20 décembre 2015

Propos de lisière

Illustration de Larry MacDougall

Le troll de la lisière est un peu semblable
À moi, en quelque sorte, toutes proportions gardées ;
Il n'est rien qui dans sa main ne soit broyable,
Ni chose que ma plume acide n'ait un jour lardée.

Le monde nous est une étrangeté sans pareille
Où des nains se la jouent civilisation,
Ne voyant pas plus loin que le cul d'une bouteille
Et prenant leurs bavardages pour conversations.

 Ils élisent des chefs qui ne sont pas même des sages
Et qui gouvernent à coups de com' et de sondages.
En ce pays, les borgnes guident les aveugles ;

Quand les choses vont mal, ils se prétendent solidaires ;
Quand elles vont bien, des autres ils n'ont plus que faire.
C'est content, ça bêle ; c'est mécontent, ça beugle.

Le spectre à trois faces
Dans un monde de nains

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire