dimanche 20 décembre 2015

Mon jour est une année


Au cœur du vide, en cette infinie solitude,
Ce désert, où le regard se fond dans l'azur
Froid et vitreux, au milieu d'une vaine multitude,
Mon jour est une année, chaque instant une blessure.

En tous mes mots, pétris d'attentes et de langueurs,
Couvent les braises d'une flambée reportée aux calendes ;
En tous mes maux, qui s'étirent en cruelles longueurs,
Mon jour est une année à errer en mes landes.

Mon âme veut s'envoler mais ma chair la retient ;
Le drame du jour s'exaspère quand la nuit survient ;
Mais au clair matin se renouvelle cette promesse

Prononcée en d'autres temps et sous d'autres cieux :
Celle de polir notre joyau le plus précieux.
Ce par quoi nos âmes sont liées jamais ne cesse.

ML, Les nuits de Chelsea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire