dimanche 13 décembre 2015

Le sens de l'honneur

Charles Berling dans le rôle de Jean Moulin - téléfilm réalisé par Yves Boisset en 2002

Juin quarante, Jean Moulin est jeune préfet
Les nazis veulent faire de lui un menteur
Les blanchir de crimes dont ils sont les auteurs
En accusant des tirailleurs sénégalais

Ils le battent, le menacent, mais rien n’y fait *
Les allemands, pour augmenter en lui la peur
Le soumettent alors à une vision d’horreur
Des corps qu’ils avaient martyrisés à souhait

Parce qu’il craint d’obtempérer sous la torture
Il s’inflige au cou une profonde coupure
Miraculeusement il ne perd pas la vie

Le grand unificateur de la résistance
Meurt trois ans plus tard dans d’effroyables souffrances
Au supplice, encore une fois, il n’a rien dit

Vincent

* Et pourtant je ne peux pas signer. Je ne peux pas être complice de cette monstrueuse machination qui n’a pu être conçue que par des sadiques en délire. Je ne peux pas sanctionner cet outrage à l’armée française et me déshonorer moi-même. Tout plutôt que cela, tout, même la mort. La mort? Elle ne me fait pas peur (…). Mon devoir est tout tracé. Les boches verront qu’un français aussi est capable de se saborder. Je sais que le seul être humain qui pourrait encore me demander des comptes, ma mère, qui m’a donné la vie, me pardonnera lorsqu’elle saura que j’ai fait cela pour que des soldats français ne puissent pas être traités de criminels et pour qu’elle n’ait pas, elle, à rougir de son fils.
Journal de Jean Moulin

2 commentaires:

  1. quelle C...... la guerre!
    Que soient salués ceux dont la résistance a défié l'horreur.
    voire le lien Youtube : ces inconnus chez moi.

    RépondreSupprimer
  2. Oui. Jean Moulin ne savais pas encore si il se rallierait aux Anglais ou au général De Gaule quand il est allé à Londres en 1941. La première question qu'il a posé au Général a été de savoir si il était républicain. Il avait la république chevillé au corps, personne n'a réussit à la lui arraché, pas même Klaus Barbie. Aujourd'hui c'est jour de vote et quand je mettrai mon enveloppe dans l'urne, j'aurai une pensée pour lui et ses camarades qui sont morts pour que je puisse accomplir ce geste.

    RépondreSupprimer