mardi 8 décembre 2015

Le père castor et l'ourse

Blason de la famille de Cahors * 

Une ourse fait les quatre cent pas dans sa grotte
Murmurant entre ses crocs, la gueule baissée
« Chaque fois c’est la même chose en amitié
Au début tout est beau et puis ça part en crotte

Je ne me ferai plus avoir comme une sotte
Mieux vaut vivre seule que mal accompagnée »
Sur le champ elle fuit de tous la société
Elle croit trouver à la souffrance l'antidote

Mais elle ne fait que s’accroître au fil du temps
N'en pouvant plus, elle saute dans un étang 
Le père castor, la sauve de son naufrage

L’accueille chez lui, écoute tous ses soucis
Lui déclame de magnifiques poésies
Contre son désespoir, ils érigent un barrage

Vincent
____ 

* Blason dessiné par O. de Chavagnac pour l’Armorial des As.

2 commentaires:

  1. Joli conte Père Castor
    Une ourse qui a bien de la chance :)
    Merci Père Vincent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Content qu'il te plaise. J'ai dans un coin de la tête depuis Dimanche la phrase d'une apprentie danseuse de l'opéra de Paris, une dizaine d'année qui dit "Quand je danse j'ai comme une petite lumière à l'intérieur", c'est ton pseudo qui m'y refait penser. J'ai l'intuition que cette phrase est le point de départ d'un poème. J'ai hâte d'avoir le temps de me poser
      devant mon ordi et la poser devant moi et d'attendre que viennent les mots, en attendant je vais bosser, Bonne journée.

      Aujourd'hui pour l'ourse (Il faut entretenir le barrage sinon il finit par céder) ça sera une poésie de Paul Eluard que j'ai mis en commentaire du dernier poème de Naïla sur son blog, Le chant de la mort.

      La solitude l'absence
      Et ses coups de lumière
      Et ses balances
      N'avoir rien vu rien compris

      La solitude le silence
      plus émouvant
      Au crépuscule de la peur
      Que le premier contact des larmes

      L'ignorance l'innocence
      La plus cachée
      La plus vivante
      Qui met la mort au monde.

      Supprimer