vendredi 11 décembre 2015

Fortitude

Peinture de Sergio Martinez

Comme je voudrais que fussent gravés dans la pierre
Tous ces instants magnifiques où nos deux êtres
Se découvrirent consanguins, en leur plus foncière
Nature, et jurèrent de n'avoir d'autre maître

Que l'Irréductible en lequel la conscience
Libre franchit les portes de la perception
Et transcende toutes les échelles de l'apparence.
Le chemin des étoiles est voie d'initiation.

Heureux ceux qui en ces temps d'extrême solitude
Jouissent d'un lien qui leur donne l'intérieure fortitude !
Telle est la haute vertu d'une vraie sororité.

De même, nous demeurons liées à tel frère d'armes
Avec qui nous partageons le pain et les larmes ;
Pour nous n'est pas un vain mot la fraternité.

Sculpture de Johann Gottfried Schadow (1764-1850)

3 commentaires:

  1. Un symbole d'infini comme un signal de reconnaissance, de renaissance.
    Un symbole d'infini comme un lien empathique entre ces deux êtres, lien entre la terre et le ciel, lien entre le savoir et la sagesse.
    Entre l'un et le multiple.

    RépondreSupprimer
  2. Votre poème résonne d'une profonde unité entre sa signification et sa forme. Vous avez trouvé la formule secrète de la beauté.

    RépondreSupprimer
  3. Merci, Jean d'Armelin, de ce commentaire éclairé. Vous avez compris ! C'est un honneur que de vous compter dans le Cercle des poètes retrouvés.

    RépondreSupprimer