jeudi 10 décembre 2015

Femmes de chair et de fer

Peinture de José Luis Muñoz, Ride of the Valkyries

C'est en notre cœur que s'ouvre la voie royale ;
La noblesse est dans la hauteur des sentiments ;
C'est à elle seule qu'une vraie guerrière est loyale.
Libre, elle se passe de tout assentiment.

Ainsi furent, dans l'ancien temps, les fières Amazones,
Les chevalières Celtes et les cruelles Valkyries ;
Ces femmes de fer n'étaient soumises à aucun trône
Et n'eussent souffert la domination d'un mari.

Pourtant, quand elles offraient l'amitié de leurs cuisses,
Elles se montraient les meilleures amantes qu'il se puisse
Imaginer car elles étaient entières en tout.

Le patriarcat voit en toute femme une femelle,
L'estimant à peine supérieure à une chamelle ;
Dans bien des contrées, elle est encore sous le joug.

Le spectre à trois faces
Dans un monde de nains

2 commentaires:

  1. Merci pour ces déesses Amazones, ton texte me plaît bien Justine. Fières et pourtant "Rebelle et soumise" tout à la fois, une belle chanson de Ferrat.
    L'Amazone défie le patriarcat et les religions monothéistes .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, Luciole. Ton commentaire me réchauffe.

      Supprimer