jeudi 24 décembre 2015

Croisées

Peinture de Rafal Oblinski

En ces croisées qui se nouent, parfois nos chemins
Mêlent les traces de nos pas et entrent en confluence.
Le temps devient l'Instant, sans veille ni lendemain ;
C'est qu'en lui, l'Éternité déploie toutes ses nuances.

Mais c'est là aussi que naît la tragédie ;
Là que s'ouvre la plus cruelle des déchirures ;
Car quand bien même la Muse inspire mille élégies
Et pare nos pauvres mots de leurs plus belles dorures,

L'être en nous ne sait plus trop s'il est accompli,
Ayant vidé tout vide en ses moindres replis,
Ou s'il est en proie à cette illusion ultime

D'un ego fondu dans ses propres formes-pensées.
L'âme du monde est crucifiée et c'est insensé !
Pourtant, une Voie Nouvelle s'ouvre, au plus Intime.

1 commentaire:

  1. La voie et ses pièges, d'Arnaud Desjardins, peut apporter quelques pistes il me semble.
    A mi-chemin, ou en-chemin...Qui peut se déclarer accompli? N'est-ce pas plus important d'être suffisamment apaisé pour continuer à cheminer.
    L'attitude juste ne peut qu'avoir des conséquences justes.
    Garder la confiance.

    RépondreSupprimer