samedi 14 novembre 2015

Terrorisme : la guerre est déclarée


« Il y a quelques jours, un haut-gradé nous confiait en privé que la vague djihadiste ne faisait que commencer, malgré les discours iréniques des politiques. D’après cet officier expérimenté nos dirigeants seraient parfaitement informés du risque terroriste et conscients du vivier de loups (pas si solitaires que cela) présents dans notre pays mais endormiraient sciemment la population à coups de grands discours lénifiants sur le vivre-ensemble. On a beau déclarer la guerre au terrorisme, l’assumer et la mener effectivement est une autre paire de manches. » 

Gustave Moreau sur Causeur.fr

16 commentaires:

  1. Le Troll (consterné).

    Ceux qui en doutaient encore doivent maintenant en être surs: ils sont bien là et ils ne viennent pas forcément des banlieues difficiles.
    Les blaireaux qui nous gouvernent vont encore une fois déclarer la guerre totale à cette sale engeance. J'ai l'habitude de dire que ce gouvernement surfe sur les morts (attentats ou accidents), attendons-nous donc à les voir partout, tantôt aboyant, tantôt compatissant, mais toujours avec la mine de circonstance. Encore une fois le bon peuple a trinqué et je doute que les quelques mesurettes qui vont être prises (si,si, ils va y en avoir) le rassure totalement. Quant aux médias je préfère ne pas en parler, ils ont leur choux gras pour deux semaines au moins. C'est du pain béni pour eux!

    JR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand le Président Hollande parle de fermer les frontières pour empêcher d'autres djihadistes d'entrer sur le territoire, on se demande s'il faut en rire ou en pleurer.

      Supprimer
    2. Merde alors, moi qui me croyais publié sur un blog de poésie, je me rends compte que c'est en fait le café du commerce!

      Supprimer
    3. Vincent, la poésie n'est pas désincarnée de la réalité. Quant au café du commerce, il vient d'être mitraillé.

      Supprimer
    4. Pourquoi pas après tout parler politique ici. Si on ne s'occupe pas d'elle c'est elle qui s'occupe de nous et ça fait mal. Je trouve, comme le laissait entendre mon commentaire précédent que la situation mérite que l'on sorte du problème Franco-Français. Hollande, Sarkozy ou un autre... De manière toujours un peu ironique j'avais initialement voulu publier la liste des attentats commis par l'état islamique depuis le début de l'année dans le monde et ajouter "Mais que fait François Hollande!". Gustave Moreau a la mémoire courte, le gouvernement a bien informer que le risque d'attentat était au maximum après les attentats de Janvier, d'où les mesures de sécurités sans précédentes prises, mobilisation de l'armée, les compagnies de CRS sont à genoux à force d'être solliciter... Et puis, personnellement, j'ai parlé de guerre dès Mohammed Merrha, à l'époque c'était un autre gouvernement, c'était aussi d'autres victimes, visées soit par leur fonction, militaires, soit par leur confession, des juifs, aussi "le bon peuple" s'est très peu indigné, voir les réactions minimes à cette période. Quand on a peur, on cherche un responsable, on se livre à la vindicte, le bon peuple et les puissants (Adolf Hitler soit dit en passant faisait partie du bon peuple, peintre en bâtiment), le gouvernement, les médias, alors que la situation mérite autre chose, un regard moins partial, le "On nous cache tout, on nous dit rien" ça n'empêchera pas que ces actions se reproduisent. si on veut s'en sortir vivant il faut voir le problème comme mondial.

      Supprimer
    5. En effet, le problème est mondial. Quant à sortir du cercle Franco-Français ou Hollande-Sarkozy, c'est-à-dire, en réalité, de la dichotomie gauche-droite, tout à fait d'accord. C'est même urgentissime. Mais la plupart des dés sont pipés. La confusion règne à tous les niveaux. Et ça ne fait que commencer.

      Supprimer
  2. https://www.youtube.com/watch?v=rIAQWr34De0

    RépondreSupprimer
  3. Marc, je n'apprécie pas du tout qu'un blason d'argent soit tâché de sang.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus. Mais des hommes et des femmes, en grand nombre, ont perdu leur vie hier soir. Ma fille, mon fils, qui fréquentent ces lieux, auraient pu être touchés. Je pense à tous ces parents qui ont perdu les leurs. Un cauchemar. Le sang a été répandu et il le sera, hélas, encore. Nous le savons tous désormais.

      D'argent à la tache de sang de gueules sortant du champ.

      Supprimer
    2. En le regardant bien en face pour dépasser la peur qu'il inspire puis agir contre ce qui l'a créé.

      Supprimer
  4. Le champ du blason est intact, c'est le meuble qui a explosé mais le blason n'est pas mort.

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas une guerre qui peut se gagner. Au mieux, on les contient. Ils ressurgissent avec un nouveau visage, un nouveau nom.

    RépondreSupprimer
  6. D'autant plus qu'on ne connaît pas la nature réelle de l'ennemi. Personne ne peut vraiment dire ce qu'est l’État Islamique. Et comme vous l'écrivez, ils ressurgissent avec un nouveau visage, un nouveau nom. C'est une nébuleuse, diffuse dans un monde confus.

    RépondreSupprimer
  7. Les islamistes d'aujourd'hui sont les nazis d'hier.

    RépondreSupprimer