samedi 21 novembre 2015

Présence des étoiles


Mille étoiles d’or au-dessus des plaines
Ignorant ce monde et sa cruauté ;
Suivant leur horloge avec loyauté,
Elles dont la voie n’est pas incertaine.

Mille étoiles d’or, quelque peu hautaines,
Lointaines lueurs, lointaines beautés,
En en ciel pareil, nul ne peut monter,
Rien ne servirait de s’en mettre en peine.

Rien ne les atteint, rien ne les affecte,
Leur vision du monde est simple et directe :
Et bien peu leur chaut qui veille ou qui dort.

D’une nuit à l’autre, ainsi, nous reviennent
Mon étoile ici, et plus loin, la tienne,
Et celles des gens, mille étoiles d’or.

Cochonfucius

3 commentaires:

  1. Que chaque rétine reçoit assez différemment de celle de quelqu'un d'autre.

    RépondreSupprimer
  2. "Mon étoile ici et plus loin la tienne"
    ...si près, si loin...
    toujours cette beauté bouleversante.
    Merci d'exister.
    Luciole

    RépondreSupprimer
  3. Je pense à ceux qui sont dans la souffrance d'avoir perdu un être cher en lisant ce poème, ils ont été un peu plus nombreux qu'à l'habitude le 13 Novembre à Paris. Puisse-t-ils être eux aussi touché par ce texte.

    RépondreSupprimer