samedi 14 novembre 2015

Paris


Des moments d’horreur,
Qu’aucun mot ne peut décrire.
Un violon pleure.

Esther Ling

La ville est vivante,
Perdant un peu de son sang,
Elle se renforce.

Cochonfucius

1 commentaire:

  1. Les deux sont en harmonie, la tristesse et la combativité. Beau duo.

    RépondreSupprimer