dimanche 29 novembre 2015

Par-delà

Toile de Leonid Osipovich Pasternak (1862-1945)

À quoi pense-t-il encore ? Je le sens à distance
Et même le vois clairement ; c'est toujours ainsi
Que je le découvrais, cherchant la fine substance
Du moindre de ses mots, restant souvent assis

Des heures entières, dans le plus profond des silences ;
Il en oubliait même de fumer ! Je savais
Alors qu'il n'était plus dans l'ambivalence ;
Et tandis qu'il parlait d'abondance, j'écrivais.

Aujourd'hui encore, c'est dans ces notes que je puise ;
L'encre peut tarir mais mon âme point ne s'épuise ;
Les mots manquent ? Peu importe, il y a un au-delà !

C'est en ce lieu, en cet instant qu'est la présence ;
Être, simplement, c'est si bon, si intense !
En cet infime s'ouvre la voie du par-delà.

ML, Café de la Paix

3 commentaires:

  1. C'est un beau titre de recueil "Café de la Paix" qui s'accommode bien également avec ce poème. L'atmosphère est paisible quand on écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Vincent. Je vois que vous aussi êtes déjà à pied d’œuvre en ce dimanche matin.

      Supprimer
  2. L'intensité de la présence à l'être, moment de grâce. Chaque chose à sa juste place.
    C'est magnifiquement exprimé.
    Soizik

    RépondreSupprimer