mercredi 4 novembre 2015

Malgré tout

Peinture de Marta Dahlig

L'Amie, ce vide qui creuse nos âmes éprises de vie,
Cette pensée du néant qui assombrit nos heures,
Ces mots presque usés à force d'avoir servi,
Ce théâtre d'ombres, d'illusions et de leurres...

Malgré tout cela – ou dois-je dire : grâce à cela ? –
Nous descendons en nos plus profondes entrailles
Pour remonter l'infime ; il nous porte au-delà
De notre raison qui nous tient en sa tenaille

Mais où ne soufflent que les vents secs du désert.
Oui, malgré l'exil dans un monde qui ne nous sert
Que du carton-pâte dont les couleurs ternes s'écaillent

Chaque jour un peu davantage, nos mots font le tour
De la terre ; les vôtres sont les miens de retour.
L'Amie, jamais ne cessez d'écrire, vaille que vaille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire