lundi 9 novembre 2015

Le songe n'est pas un mensonge


Les rêves sont une transposition symbolique, durant le sommeil, du vécu. La psychanalyse a souligné l'importance du rêve pour expliquer les motivations, les hantises, les refoulements de l'individu. Les impulsions du subconscient, que la logique de notre entendement réprime pendant le jour, se fraient une voie et suscitent ces visions étranges. Parfois nos rêves sont pénibles, effroyables ; parfois, au contraire, ils ont des couleurs fantastiques et sont une source de plaisir. Les songes ne sont pas des mensonges. Les rêves reflètent la profondeur insondable du moi.

Hanns Kurth, en son Dictionnaire des rêves (Editions Ariston, Genève 1976) rapporte plusieurs rêves étranges qui sont à l'origine de certaines inventions ou découvertes.

«Des planètes filaient d'un trait à côté du soleil. Elles étaient reliées au soleil par de minces rubans et décrivaient des cercles autour du soleil, sur lequel j'étais assis. Ce soleil était entouré d'un gaz brûlant. Mais soudain, ce gaz s'est solidifié. Le soleil et les planètes sont devenus des corps que je pouvais toucher. Alors je me suis réveillé.»


Le professeur Niels Bohr, que ses recherches atomiques ont rendu célèbre, a fait ce rêve étrange à l'époque où il étudiait la structure de l'atome. Il ne parvenait pas à résoudre le problème à l'état éveillé. Finalement, la structure des atomes lui set apparue en rêve. La description qu'il a donné de leur structure se trouve aujourd'hui encore dans chaque manuel de physique. Le professeur Bohr a compris son rêve dans les termes suivants : «Lorsque j'ai exposé aux savants du monde entier ma découverte relative à la structure de l'atome, il m'a suffi de raconter chaque fois mon rêve. Le soleil et les planètes étaient le noyau et les électrons de l'atome. La conception est aujourd'hui courante. Mais à cette époque, je n'ai su tout cela qu'après l'avoir rêvé.»

Niels Henrik David Bohr (1885 - 1962 ) est un physicien danois.


Le rêve authentique de l'inventeur se distingue de la chimère d'un esprit extravagant par ceci qu'il révèle le dernier détail, la finesse technique qui avaient jusqu'alors échappé à la conscience de l'inventeur. Le mathématicien grec Archimède (vers 250 avant notre ère) a rêvé en plein jour, vers midi, cette fameuse loi d'équilibre du levier qui a rendu son nom célèbre pendant des millénaires. On raconte qu'après avoir fait ce rêve, il s'est levé et a dit : « Donnez-moi un point d'appui et je soulèverai le monde. »




Lorsque James Watt travaillait à sa machine à vapeur sans trouver la solution, il fit en 1764 un rêve qui lui indiqua comment il devait s'y prendre. Gauss, le calculateur le plus remarquable de tous les temps, a trouvé en rêve ses solutions avec la même perfection que Ruthrford, en 1919, la première désintégration de l'atome ; c'est à partir des visions de ses rêves qu'il a réalisé la première fission de l'atome.

James Watt (1736 - 1819) est un ingénieur écossais.

Lorsque le père G. Mendel a développé sa théorie, encore valable aujourd'hui, sur l'hérédité, l'idée décisive lui est venue après avoir vu en rêve un champ de trèfle fleurissant dans de multiples couleurs et avoir classé en groupes les diverses fleurs. Il avait réfléchi pendant des années sans trouver la solution, tout comme le professeur Sauerbruch, qui, lui aussi, a trouvé en rêve la solution du pneumothorax et de la chambre à pression. Subitement, hors de la conscience claire, le cerveau a tiré la conclusion décisive.

Johann Gregor Mendel (1822 - 1884), moine catholique dans le monastère de Brno (en Moravie) et botaniste germanophone tchèque, est communément reconnu comme le père fondateur de la génétique. 


Le garçon prodige

La mort de Chatterton, 1856, par Henry Wallis


Ce tableau représente Thomas Chatterton, qui, enfant, avait fait de faux parchemins anciens et inventé des cantiques du 15e siècle, et qui s'empoisonna en 1770. Il prétendait avoir vu en rêve toutes les données, tous les détails qu'il portait sur ses vieux parchemins, de même que les lettres et les textes du Moyen-Âge, qui furent pendant longtemps considérés comme authentiques par la science.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire