lundi 9 novembre 2015

Humaine débâcle

Toile de Sergio Martinez

Que vais-je encore me mettre pour sortir ce soir ?
J'ai mis le plus grand bazar dans ma chiffonnière
Sans pouvoir me décider ; vais-je porter du noir
Sur du noir ou rester chez moi vider un bière ?

Les mondanités me pèsent de plus en plus lourd ;
C'est plein de gens qui affectent l'ouverture au monde
Tout en cultivant l'entre-soi ; gants de velours,
Mais à l'occasion, ils te la mettent bien profonde.

Du haut en bas de l'échelle sociale, je ne vois
Que des ghettos, des coteries, des cénacles ;
L'on est soit un instrument, soit un obstacle ;

L'on se passe les petits plats et même se renvoie
L’ascenseur ; devant, l'on s'envoie au pinacle
Et derrière aux gémonies. Humaine débâcle !

Le spectre à trois faces
Avant la plongée dans l'ennui saumâtre

2 commentaires:

  1. J'aime le coup de frais qu'apportent tes poèmes, c'est vitalisant, c'est vital la poésie.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce chaud compliment, moi qui suis plutôt du genre à donner des sueurs froides :-)

    RépondreSupprimer