lundi 23 novembre 2015

Être

Toile de Steven Kenny


                                    Homme
                                    Qui naît
                                    Et qui renaît des cendres ancestrales
                                    Qui ravives ton sang
                                    Aux sources de l’Unique

                                    Toi dont l’exil
                                    N’est nulle autre rupture
                                    Que celle qui te relie
                                    Par delà
                                    Terre et chair
                                    Au fleuve vertical des effluves célestes

                                    Toi dont la main nubile
                                    S’élève jusqu'à Lui
                                    Mais sans pourtant l’atteindre

                                    Ô Homme
                                    Que ton ampleur infime
                                    Soit exaltée
                                    Au feu du souvenir

3 commentaires:

  1. Je souhaite la bienvenue à Jean d'Armelin qui rejoint le Cercle des poètes retrouvés avec cette composition très inspirée sur la verticalité de l'être, l'une des thématiques centrales de ce blog. Un belle méditation en tous les cas.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette extraordinaire composition. J'en suis étonnement émue.

    Naïla

    RépondreSupprimer
  3. Oui, Naïla, c'est une belle plume qui nous arrive là. Cette composition le laisse augurer. J'en suis contente pour Héraldie qui s'agrandit et s'enrichit. Bienvenue à bord de notre drôle de nef, Jean d'Armelin.

    RépondreSupprimer