mercredi 11 novembre 2015

Considérations monolithiques


Ce n'est pas que j'envie le sort de la Méduse
Qui fut d'abord violée par le dieu Poséidon,
(Car la brute s'est épris d'elle, si je ne m'abuse)
Avant de perdre de ses beaux charmes tout le don ;

Mais certains jours, j'aimerais bien changer en pierre
Tous les imbéciles ; l'ennui, c'est que nous aurions
Un vaste champ de menhirs couvrant la France entière
Et bien au-delà, jusqu'en la perfide Albion.

L'on pourrait, avec tous ces monolithes, construire
La plus haute des pyramides, de quoi faire pâlir
Les pharaonneux de jadis dont on voit luire

Les œuvres sur des millénaires, tout le contraire
De notre époque pressée dont on voit faiblir
Le peu d'éclat de son train de vie funéraire.

Le spectre à trois faces
ou l'art de faire des vœux pieux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire