lundi 26 octobre 2015

Past

Painting by Paul Kelley

I think of the past :
My success and my mistakes.
But I can’t change it.

Can I build a tomorrow
If I can deal with the past ?

Esther Ling

Nos actes passés, issus de nos choix, de nos conditionnements ou de nos obligations, ont en grande partie déterminé notre présent et par-là même engagent notre avenir, voire l'hypothèquent sérieusement. La question d'Esther part d'une situation inchangeable : le passé, qu'on ne peut pas revivre et encore moins refaire. Dès lors, comment traiter avec l'avenir si ses causes sont déjà établies ? Je pense que la clef est dans le présent et dans le regard que nous portons sur nos actes passés. C'est-à-dire sur nos actes présents. Maintes compositions évoquent ou mènent ici ce questionnement. Il est l'objet central de nos réflexions et de nos recherches. C'est ce fil qui court en elles, tel un filigrane. Et les compositions d'Esther ne disent pas autre chose. Elle revient, de manière récurrente, sur les mêmes thèmes, les mêmes questions, qu'elle réactive, sans cesse. Mais elle ne tourne pas en rond. C'est une spirale, toujours ascendante, avec des phases élevées et des phases dépressives. Des creux et des sommets, comme pour les vagues. Parce que c'est aussi un mouvement ondulatoire. Aucune vie n'est et ne peut être une ligne droite. La ligne droite n'existe pas dans la nature. C'est une vue de l'esprit.

La mer revient toujours au rivage. Pour y déposer ce qu'elle a avalé. Des trésors parfois. Mais pas toujours.

2 commentaires:

  1. Past, present, future :
    Three messengers in a home,
    Endlessly talking.

    RépondreSupprimer
  2. Analyse passionnante de l'œuvre d'Ester, que je crois originale. Effectivement il y a une récurrence des thèmes et assez étonnement, à chaque fois, on ne lis pas la même chose que la fois précédente, ça n'est pas une question de forme différente mais il y a un mouvement, une progression, elle semble tirer un fil, sans fin mais avec faim.

    RépondreSupprimer