samedi 17 octobre 2015

Le monstre

D'or au lion de sable armé et lampassé de gueules

Hermétique à la lumière, il vient du vide et
Dévore son entourage. Même si il
Dit qu'il l'aime, il n'en est rien, étant donné
Que seule compte sa satisfaction et qu'il

N'a pas de limite, vu d'où il vient. Toujours
Et sans relâche il demande en souriant qu'on le
Satisfasse. C'est ainsi qu'il abuse le
Monde: il attire à lui la vie d'autrui pour

L'entraîner dans le gouffre qui le constitue.
Il ne laisse rien paraître de sa nature,
Car il n'a pas de face, elle est bien trop obscure

Et immonde. Malheur à qui croise sa route !
Là où il passe, il laisse la trace du doute,
Puis de l'angoisse et enfin du désespoir.

2 commentaires: