dimanche 18 octobre 2015

Le chambardement

Toile de Mark Keller

À la gare de Saint-Gimel un train s’arrête
Aucun voyageur n’en descend ou ni monte
Cela fait six mois qu’a commencé le décompte
Dans dix jours l’arrêt tombera aux oubliettes

Le maire à la mine complètement défaite
Le nombre de ses administrés est en fonte
Ne demeure plus qu’une poignée de gérontes
Vivre à la campagne est devenu obsolète

Les gens s’agglutinent dans des cités dortoirs
Dans lesquels prospère surtout le désespoir
Duquel se nourrit l’extrémisme religieux

La guerre se mondialise au Proche-orient
Sommes-nous en train de vivre un chambardement
Qui mettra bientôt le monde à sang et à feu ?

Vincent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire