dimanche 18 octobre 2015

La vigne et le raisin


Au cœur de l'automne qui verse sa corne d'abondance,
Le raisin trône et règne sur les autres fruits ;
Il inspire le plaisir des sens et la jouissance,
Une ivresse ambiguë par le vin qu'il produit ;

S'il peut mener à l'expérience spirituelle,
Il peut aussi égarer dans les illusions ;
Quand la coupe levée prend valeur sacrificielle,
Le vin versé est telle une divine infusion.

La vigne symbolise l'union du masculin
Et du féminin, du soleil et de la terre ;
Car la sève s'écoulant du sein de Déméter

Monte vers la lumière qui donne à son cristallin
Les plus belles nuances dorées, ambrées et vermeilles.
Compagnons, quand boirons-nous le jus de la treille ?

ML, La douceur angevine

Écu sur le tout à supports de vigne, écartelé au chef, chargé à dextre de Bacchus, dieu du vin, sur gueules ; à senestre d’un tastevin argent sur sable; la pointe chargée à dextre d’une clef or sur azur; à senestre de Saint-Vincent, patron des vignerons sur sinople.  

2 commentaires:

  1. Du Troll de la Lisière (Hic!)

    Parmi les nombreuses chansons sur le vin celle-ci a retenu mon attention:

    Petite Messe Solennelle

    Enfin nous sommes là, entre nous, tous les deux
    Seul à seul, tête à tête et les yeux dans les yeux
    J'avais tant à te dire mais par où commencer ?
    Deux verres, une bouteille, je crois que j'ai trouvé !

    Le vin délie la langue, il entrouvre le cœur
    Il donnera ce soir le ton et la couleur
    Rouge ardent de la braise et cristal du désir
    A notre nuit d'amour, buvons pour le plaisir !

    Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne,
    De Vacqueyras ou de Tursan
    Le vin réjouit le cœur de l'homme
    Et de la femme, évidemment !

    Né d'une âpre Syrah, d'un peu de Carignan
    D'une terre solaire, des mains d'un paysan
    C'est avec ce vin-là qu'on dit qu'Ulysse a mis
    Le cyclope à genoux et Circé dans son lit

    Le vin délie les sens, il entrouvre les draps
    Et pourtant, sous sa coupe je ne mentirai pas
    Je bois, moi, pour le goût mais aussi pour l'ivresse
    Pour cette nuit d'amour, soyons donc sans sagesse !

    Les joues vermeilles, les yeux qui brillent
    Chavirés par de doux émois
    Le vin réjouit le cœur des filles
    Et des garçons, ça va de soi

    Noé sur son raffiot en prit quelques futailles,
    Aux noces de Cana, au milieu des ripailles,
    C'est ce vin que Jésus fit d'une eau ordinaire
    Et notons qu'il n'a pas eu l'idée du contraire

    Le vin délie les âmes, il entrouvre le ciel
    De sa petite messe gourmande et solennelle
    Prions saint Emilion, saint Estèphe et les autres
    Pour une nuit d'amour, voilà de bons apôtres !

    De Kyrie en Te Deum
    Vin du Cantique et sang divin
    Le vin réjouit le cœur de l'homme
    Du Père, du Fils, de l'Esprit Saint !

    Le vin comme l'amour, l'amour comme le vin,
    Qu'ils soient impérissables, qu'ils soient sans lendemain
    Qu'ils soient bourrus, tranquilles, acerbes ou élégants,
    Je suis sûre qu'il ne faut pas mettre d'eau dedans !

    Oh, ne partageons pas ces amours qui s'entêtent,
    Pas plus que ces vins-là qu'on boit pour l'étiquette
    Tu es ce que tu es, je suis comme je suis
    A notre vie d'amour, buvons jusqu'à la lie !

    Mais taisons-nous et voyons comme
    Finit cette nuit attendue
    Le vin réjouit le cœur de l'homme
    Et puis le mien... bien entendu !

    Juliette (2008)

    RépondreSupprimer