jeudi 22 octobre 2015

La joie est sanglots

Toile de Jasper Francis Cropsey (peintre américain, 1823-1900)

Dimanche midi, à la sortie de la messe
Pendant que des parents discutent entre croyants
Des larmes troublent la vue d'un de leurs enfants
Pourtant il n'éprouve pas la moindre tristesse

Au contraire, son cœur est rempli d'allégresse
Pourquoi pleure-t-il ? Le garçon ne le comprend
Du dos de la main il s'essuie discrètement
De peur qu'on ne questionne l'objet de sa détresse

« Que se passe-t-il ? Dis-moi quel est ton chagrin ? »
Il aurait l'air malin, puisqu'il n'en a aucun !
« Pleurnichard », l'auraient qualifié ses quatre frères

Plus tard ce souvenir lui revint en écho
De la lecture de ces mots : La joie est sanglots
Il comprit qu'il avait rencontré le mystère


The crying boy
d'après une toile de Bruno Amadio (peintre italien, 1911-1981)

3 commentaires:

  1. Bonjour Vincent et bienvenue à bord. Une composition émouvante (de la tendresse à revendre), inspirée par un vers de Naïla, que je viens de découvrir. Fameuse ! Je vais lui écrire un petit commentaire.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis content qu'il te plaise ainsi que la poésie de Naïla, c'est plaisant de faire partager ce que l'on aime. Merci pour l’accueil, le rhum c'est pour dans bientôt ?

    RépondreSupprimer
  3. Vincent, Naïla, Justine, vous nous avez offert une belle journée de poésie.

    RépondreSupprimer