samedi 24 octobre 2015

En mes pénates

Toile de Nathalie Picoulet

J'aime bien me laisser pourrir en mes douces pénates
Et songer, sans prendre garde ni au temps qui passe ni qu'il fait ;
Parfois je m'envoie un bon rock ou une sonate,
Les jours où mon humeur est au presque-parfait.

Il m'arrive souvent de composer des sonnets
Sans même le vouloir ; les mots prennent l'initiative.
Un jour, tandis qu'en ma tête le vide résonnait
(N'en tirez surtout pas de conclusions hâtives),

Je me découvris l'auteur d'une composition
Dont je n'ai toujours pas la moindre souvenance !
Il m'arrive aussi de chercher l'inspiration

Avec une cuillère, quand la Muse fait désertion
Il est vrai que je l'accapare en permanence,
Pas un seul mot ne vient sans son intervention.

Le spectre à trois faces
Propos de coulisses

1 commentaire:

  1. Mêmes symptômes, sauf que je me souviens de ma première composition "involontaire"

    Haine de moi
    Me tend les bras



    RépondreSupprimer