samedi 17 octobre 2015

Chaque mot prononcé est un oiseau qui s'envole

Toile d'Igor Morski

Même si je puis disposer d'une infinité
De mots, aucun d'eux ni tous réunis ne disent
Pas même le millième de mon intériorité
Et toute parole qu'ils cousent s'expose à la méprise.

En est-il un que l'esprit humain ne détourne
Et ne réduise à son propre entendement ?
Tous ces mots que dans sa bouche l'on tourne et retourne
Subissent de la sorte plus d'un accommodement ;

Et ceux que l'on dit spontanément ne sont guère
Mieux servis ; le mental ordinaire est grégaire
Et c'est bien tel qu'il opère en ces temps bavards.

Chaque mot prononcé est un oiseau qui s'envole
Et bien rare celui que le silence auréole ;
L'on croit dire mais l'on ne commet que babillards.

ML, Les nuits de Chelsea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire