dimanche 13 septembre 2015

Sagesse de Jules César

Jules César d'après l'antique, d'Ambrocio Parisi (1676-1719)
Jardin des Tuileries, Paris - Photo M-L de Beaulieu, mars 2014

César, qu’on représente avec un dé qui roule
Et qu’il vient de lancer d’une fiévreuse main,
Avait prémédité les destins des Romains
Comme un sculpteur penché sur l’esquisse et le moule ;

Levé dès l’aube, à l’heure où le ramier roucoule,
Il faisait tout le jour un effort surhumain
En vue de merveilleux et nobles lendemains,
Mais cela n’était point approuvé par la foule.

Le peuple n’aime pas qu’on progresse par bonds,
Ni qu’on fasse des gars des soldats vagabonds
Couverts par la Légion d’un lourd manteau de laine ;

Et César, sur la fin, s’en trouva bien d’accord :
Parmi les sénateurs, retenant son haleine,
L’homme baigné de sang souriait à la mort.

Cochonfucius

1 commentaire: