dimanche 6 septembre 2015

Nouvelle vie

Toile de Jeffrey G. Batchelor

Qu'il est bon de déposer les armes et ses masques
En compagnie d'êtres sûrs et fort bienveillants !
Grâce à eux j'ai quitté le chemin des frasques
Pour rejoindre ce qui fut en moi sommeillant.

Certes, je suis une âme profondément libertine
Mais le demeure uniquement avec les miens ;
C'est à eux seuls, désormais, que je me destine.
D'avant, il est très peu de choses que je retiens ;

Ce monde-là est aussi absurde qu'hypocrite ;
Je ne désire plus de lui le moindre mérite ;
J'ai coupé les fils de l'infantile vanité.

Qu'ai-je donc à faire d'une éphémère reconnaissance ?
Ce système ne produit plus que de l'excroissance ;
Plus n'en suis l'idiote utile pleine de fatuité.

Le spectre à trois faces
Midi n'est plus à quatorze heures

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire