jeudi 17 septembre 2015

Naufrage

Viktor Oliva - Le buveur d'absinthe, 1901

J'étais souvent assis sur les bords de la Seine,
Regardant passer les péniches chargées de sable
Et noyant dans un litre de rhum blanc ma peine ;
Même la roche la plus dure se révèle friable.

De verre en bouteille, la bohème se fit dérive ;
Je perdis de vue la ligne de flottaison
Et ne sus bientôt plus distinguer l'autre rive ;
Entre les deux, je voyais sombrer ma raison.

Allais-je remonter vers la source, en amont,
Ou me laisser couler vers la mer, en aval ?
J'étais revenu sur les pas de mon rival ;

Du bateau ne restait que le mât d'artimon
Et quelques cordages pour s'aller pendre ailleurs ;
Peut-être aurais-je fini par le faire, d'ailleurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire