lundi 21 septembre 2015

Et encore des mots

Toile de Nathalie Picoulet

Les mots valent-ils encore la peine d'être semés
Aux quatre vents ? Reste-t-il encore des oreilles
Pour les entendre sans qu'ils se retrouvent spammés ?
Oui, à quoi bon tous ces messages dans des bouteilles

Qui s'iront toutes fracasser contre des écueils ?
L'une d'elle s'est-elle jamais posée sur un rivage ?
Jour après jour, je les dépose dans mes recueils
Où les happe le vide sitôt que se tourne la page.

Peut-être un jour les refermerai-je pour de bon ?
Sur la Toile, les mots suivent un destin vagabond,
L'un chassant l'autre, comme dans le flux des images.

L'Amie, sans doute un jour les poètes se tairont
Et le beau carrosse redeviendra potiron ;
Restera-t-il quelqu'un pour leur rendre hommage ?

ML, Les nuits de Chelsea

3 commentaires:

  1. Le sentiment de vide est puissant chez vous Dame Marie-Louise. Mais allez-vous le laisser vous envahir? Seuls les mots peuvent s'y opposer. Vous ne l'ignorez pas je suppose.
    Le sentiment de vide est une réalité insupportable. Mais chaque mot écrit ou prononcé est une lumière qui lui résiste car il inscrit l'être que vous êtes dans le monde.
    Essayez! vous verrez! Prononcez ou écrivez un mot, un vrai mot, un mot qui vient de votre être, alors vous sentirez que vous existez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dame Pierrette, je suis touchée par votre bienveillante sollicitude dont je ne doute pas qu'elle parte d'une bonne intention. Je vous en remercie. Oui, le sentiment de vide est puissant chez moi et parfois m'envahit, je le reconnais. Vous l'avez bien senti et très justement pointé. Je suis par nature encline à de tels états d'âme qui me plongent souvent dans la plus profonde mélancolie. Sans doute cette propension (devrais-je dire cette faiblesse?) est-elle aggravée par ma situation singulière dont il n'est pas opportun de parler ici, mais dont les effets ont gagné en intensité au cours du temps ? Je le crois bien.

      Quant aux mots, j'en ai tant commis sur ce blog que je crois les avoir épuisés tous, du moins ceux que m'ont inspiré ma sensibilité et mon état, autant que mes convictions personnelles. Vous parlez d'écrire un mot, un vrai mot... Dame Pierrette, tous les mots que j'ai écrits sont vrais car ils viennent de mon cœur et de mon âme, même dans mes compositions plus légères ou amusées. Du reste, n'ayant aucune prétention proprement littéraire, je me sens libre car la poésie représente pour moi un instrument extraordinaire, un moyen privilégié en tous les cas, pour exprimer mon être profond. Je sais bien que maintes compositions sont parfois sybillines, revêtent un second sens et habillent d'autres propos qu'un lecteur averti et sensible peut deviner en filigrane.

      Un mot... C'est justement par cette interrogation que je commence la plupart de mes compositions. Un mot... Oui, mais lequel ? Celui que je n'ai jamais écrit ici et que je voudrais crier ? Dame Pierrette, je crois bien que ce vrai mot continuera de se taire car il se trouverait trop à l'étroit dans quelques pauvres lettres assemblées. Peut-être, malgré tout, écrirai-je encore ?

      Supprimer
  2. Dame Marie-Louise, vous êtes étonnante. Puisse ce vrai mot continuer de crier en vous! Il est le signe que vous êtes vivante. Les plus belles fleurs ont souvent des épines, il ne faut pas l'oublier.
    Belle nuitée Dame Marie-Louise.

    RépondreSupprimer