mercredi 30 septembre 2015

En attendant le train

Toile de Steve Hank

J'avais manqué mon train ce jour-là, par mégarde ;
Mon premier élan fut d'en être contrariée,
Pressée de quitter cette cité triste et hagarde ;
Je m'installai dans un café faire mon courrier,

Relire mes dernières compositions poétiques
Et penser à ma si singulière existence,
Partagée entre de rares moments euphoriques
Et de longues périodes de totale inappétence.

La vie s'apparente aux rails d'un chemin de fer :
Le moindre écart peut faire dérailler la machine ;
Faute de justes parallèles, les liens peuvent se défaire.
N'est-ce point à son zénith que le soleil décline ?

Cette pensée jeta le trouble dans mon esprit,
Au point que j'en fus, jusqu'au soir, d'humeur chagrine.
Dans la vie, il n'est qu'une chose vraiment hors de prix ;
Quand j'écris sur elle, jamais ma plume ne badine.

ML, Les nuits de Chelsea

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire