mercredi 2 septembre 2015

Beau jardin d'Héraldie


Beau jardin d'Héraldie, où j'aime me promener ;
J'y peux chanter mon amour, épancher mes peines
Et crier mes révoltes sans trop me réfréner ;
Mais je préfère y cueillir des roses pour ma reine.

Beau jardin d'Héraldie, où s'en vient le poète
Nous conter les fabuleuses aventures d'ailleurs ;
Son imagination ne connaît point la diète ;
Il est de la belle rime un ardent travailleur.

Beau jardin d'Héraldie, où une hardie guerrière
Nous vient visiter pour y semer tous ses mots
Dérobés au temps, au monde et à ses ornières ;
Les allées se couvrent de leurs tendres émaux.

Beau jardin d'Héraldie, des ribambelles d'écus
Festonnent tes galeries qui honorent la bravoure
De ceux et celles qui ne s'avouent jamais vaincus ;
La chevalerie n'est pas morte à Azincourt.
 
Beau jardin d'Héradie, j'aime ton monde parallèle  
Où les nymphes peuvent s'égayer en toute liberté  
Sans s'embarrasser d'un quelconque cérémoniel.   
En sa lisière, un Troll garde l'esprit alerté.

Beau jardin d'Héraldie, étendu est l'espace
Intérieur que tu couvres ; il n'est pas une fleur
Qui ne soit ici en sa bonne et juste place,
Ni rien qui ne trouve finalement sa couleur.

3 commentaires:

  1. Du Troll de la Lisière (content).

    Très belle composition !

    Être cité dans la même strophe que les nymphes me plaît tout particulièrement.

    RépondreSupprimer
  2. Merci. Cela me touche.

    JR égal à lui-même :-)

    RépondreSupprimer