mardi 11 août 2015

Un nuage

Peinture de Jim Warren

J’ai rêvé que j’étais devenu un nuage,
Et je me nourrissais de photons savoureux
Tout en accompagnant les vents aventureux
Qui m’avaient éloigné de la mer et des plages.

Tout était nouveauté, en ce premier voyage,
La ville minérale ou le bocage ombreux,
L’aigle en sa solitude ou les humains nombreux,
Et les mille détails de chaque paysage.

Mais ma force a décru, soudain, l’autre matin.
Il manquait la moitié de mon corps de satin
Et, presque à chaque instant, je perdais quelques grammes.

C’est notre sort à tous, prenons-­le patiemment,
Nuage pour toujours n’est pas au firmament,
Aux jardins franciliens je déverse mon âme.

Cochonfucius

1 commentaire:

  1. Pays de Poésie, 13-7-13
    -----------------------

    J’ai rêvé que j’étais, voyageant dans l’espace,
    Une étrange entité aux saveurs de néant.
    Mille franchissements d’interstices géants
    Me faisaient dériver, allant de place en place.

    Et je rêvais ainsi, immortel ou fugace,
    Ne sachant si j’étais assemblage pesant
    Ou simple vibration, murmure évanescent
    N’exerçant nulle force et ne laissant de trace.

    La chaleur des soleils me tenait en alerte ;
    Je traversais aussi des matières inertes,
    Et je voyais parfois miroiter des anneaux.

    Pourquoi allais-­je ainsi de façon subreptice,
    Comme sous une porte un insecte se glisse ?
    Vous l’aviez deviné, j’étais un neutrino.

    RépondreSupprimer